Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par JM DELATTE

Vous ne connaissez pas VENDREST ? Cela ne m’étonne pas car, comme dans bien de nos villages ruraux, nos élus, en tout genre, n’en font guère de promotion ou si peu (site internet peu actif – bulletin municipal peu attractif) !

Alors, je vous donne les coordonnées GPS pour vous y rendre sans vous perdre dans cette belle campagne du nord – est de la Brie : 49° 02’ 50’’ Nord et 3° 05’ 41’’ EST.

VENDREST héberge deux commerces de proximité : une petite épicerie et un artisan boulanger pâtissier.  Ces fameux commerces de proximité que tous nos élus du Syndicat Mixte Marne Ourcq, du Pays de l’Ourcq, du Pays Fertois, de la commune même, ont tant à cœur de développer (voir l’article sur le SCOT du premier cercle). Mais, comme toujours, la parole est aisée et n’engage nullement ceux qui la déclament !

Pourquoi ce cri de désespoir de la part de ces deux commerces qui se sentent totalement abandonné par l’obscurantisme de celles et ceux qui voudraient nous donner des leçons de vie ?

Se sentir abandonné alors que tous les efforts ont été faits pour redynamiser un village, c’est cruel  Combien d’heures passées à essayer de satisfaire sa clientèle, combien d’argent investi pour offrir un service de proximité, combien de combats et de privations menés pour essayer de survivre ? Oui, Madame, oui, Monsieur, c’est le lot quotidien de celles et ceux qui veulent redonner une âme à un village en mouillant la chemise. Mais, il y a un moment où le doute s’installe, où vous n’avez qu’une envie, celle de baisser les bras ! Tant de sacrifice pour rien, merci j’ai donné !

Pourquoi ces commerces sont menacés d’existence ? Deux raisons :

D’une part, l’attitude du consommateur  - que je suis, que vous êtes - qui, dans cette période de crise profonde, recherche le « meilleur – pas toujours vrai – rapport qualité/prix » en délaissant le commerce de proximité au profit des marques qui vous punissent contre la vie chère. Vous préférerez, sans doute, faire 15 km pour acheter une véritable baguette de tradition qui vous sera vendue au même prix ! Bon calcul ! Le carburant n’est pas encore assez cher ! Si vous me rétorquez qu’à produit de qualité égale, il est moins cher que chez celui qui met la main à la pâte… Je ne vous croirai pas !

Pour ce qui concerne l’épicerie, il faudrait tout simplement comprendre que les conditionnements achetés, les gammes offertes ne peuvent, en aucun cas, être semblables à l’offre des grandes surfaces ! L’épicerie de Vendrest, reprise dans des conditions difficiles après son abandon,  n’est pas une filiale d’un grand distributeur ! Elle n’achète pas aux mêmes conditions que dans les bases logistiques des grandes surfaces ! C’est ce qui fait la différence  de prix ! Mais la proximité est là ! Pas besoin de courir pour la première nécessité !

D’autre part, l’attitude de nos élus qui n’apportent pas le soutien nécessaire à celles et ceux qui se lancent dans l’inconnue.

 

Je lisais cette annonce dans la presse du Centre : « Petite commune cherche pour redynamiser son village un commerçant de proximité. Loyer modéré après 1 an d’activité. Locaux neufs et équipés. Logement offert pendant 6 mois… Téléphoner au ……… » Même avec cette « politique ouverte », il n’y a pas de candidat !

Oui, il faut réellement beaucoup de courage pour se lancer dans l’aventure !

Second point, et qui n’est pas le moindre, il faut – et non faudrait – que l’action des élus se matérialisenon par des subventions, ils ne font pas la manche même si la traversée s’annonce difficilepar le recours obligégeste de gratitude - au développement du commerce local en s’approvisionnant à l’occasion des festivités qu’ils organisentsouvent au frais du contribuable d’ailleursen priorité chez les commerçants qui ont joué le rôle de pionnier (Fêtes municipales, kermesse, fêtes de fin d’année...) ! Arrêtons de jeter l’opprobre quand ils osent fermer quelques jours ! Un peu de repos est nécessaire pour la santé !

Mesdames, Messieurs, vous devriez être fiers d’avoir encore dans vos murs et à proximité de chez vous, des commerçants qui se battent pour redorer l’emblème de votre village !

Alors, ne les abandonnez pas ! Soutenez-les activement, fermement !

Un village sans commerce ? C’est un village qui meurt !

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article