Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le billet de J.M DELATTE

Le S.C.O.T du premier cercle.

7 Décembre 2012 , Rédigé par JM DELATTE Publié dans #LIZY et son canton

Comment peut-on être aussi péremptoire quand on écrit, je cite, « Nous avons retenu un scénario d’aménagement basé sur un renforcement du développement économique, la diversification de l’offre en matière d’habitat, le renforcement de l’offre en transports collectifs, et sur la valorisation du cadre de vie en organisant un développement urbain respectueux de l’environnement. Nous sommes en mesure aujourd’hui de vous présenter les grandes lignes de NOTRE projet à 20 ans ! 

 

Mesdames, Messieurs, seriez-vous « devin » ou simple prédicateur ? C’est ma question !

 

Je vais reprendre les thématiques que vous avez si bien défendues sans pour autant me convaincre – je ne parle qu’en mon nom -.

 

1 - Un point de vue que je partage : Le premier combat à mener est celui de l’EMPLOI de proximité dans un secteur profondément RURAL. Mais comment dynamiser ces deux cantons (que vous qualifiez d’armature urbaine en parlant de La Ferté et de Lizy) pour qu’ils offrent les surfaces nécessaires à l’établissement de futures pépinières d’entreprises ?  Sur 33 zones d’activités économiques, nous n’avons que 5 zones d’activités structurantes (hormis la future zone des EFFANEAUX). Comment développer ces périmètres sans pour autant remettre en cause l’urbanisme de nos villes, bourgs, villages ?

 

N’ai-je point entendu dire que certaines entreprises du secteur de La Ferté risquaient, faute de possibilité d’extension immédiate, migrer vers d’autres cieux Seine-et-Marnais ? Peuvent-elles encore attendre la conclusion (au mieux en 2014) sur l’avenir des EFFANEAUX ? Je ne le crois pas.

 

 Le défi est d’autant plus grand quand il s’agit de concilier l’utilisation économe du foncier et l’urbanisation également économe en espace et en déplacement intra cantonal.

 

Alors qui faire venir ? Des industries ? Des enseignes de grande distribution ? Des tissus de PME innovante ? Y-aurait-il beaucoup de candidats en cette période de disette qui s’annonce longue ? Regardez le pôle concurrent de proximité qu’est le parc d’activités du Pays de Meaux (ouverture prévue en 2013 ? J’en doute) qui peine à sortir de terre.

 

Installer des entreprises en zone rurale (qui ne bénéficient pas des conditions avantageuses de la Zone Franche Urbaine - ZFU) relève aussi d’un défi. Le Pays de Meaux étant le pôle concurrent majeur, il a davantage de « chances » de développer l’emploi.

 

2 - Quels pourraient être les autres leviers pour accroître l’emploi ? Les services ?

 

D’abord, le « télétravail ». Il y avait eu, je ne sais plus quand, une enquête menée sur le « télétravail ». Je ne me souviens pas de sa conclusion. Des locaux vacants – comme la Pyramide - existent certainement sur le territoire des deux communautés de commune. Mais qui souhaiterait utiliser cette nouvelle forme de travail ? Dans quelle profession ? Dispose-t-on de l’internet haut débit ou très haut débit pour favoriser cette implantation ? N’y aurait-il pas moyen d’ouvrir les portes aux communautés de communes limitrophes pour porter un projet commun en un lieu commun ?

 

 La redynamisation des centres villes est, de mon avis, une utopie. N’oublions jamais que les locaux des « vieux commerçants » se sont, pour la plupart, transformés en logements ! La concurrence exacerbée des grandes surfaces ne peut pas permettre à un « commerce de bouche  et de proximité » de vivre décemment. Bien des localités, en France, en toute région, ont « offert » une aide considérable (locaux neufs et équipés à très faible loyer – logement de fonction) à celles et ceux qui souhaitaient développer ce type d’activité en secteur rural. Une catastrophe !  Sur ce sujet, je lance ce « cri du désespoir » de deux commerces volontaires dont la survie – oui, survie, je dis bien, survie – est menacée par l’obscurantisme de nos élus locaux.

 

 Un développement commercial ? Le diagnostic de janvier 2012 établi par l’observatoire A.I.D nous montre que la plupart de nos achats sont effectués HORS périmètre du SCOT. Les pôles attractifs étant le Pays de Meaux, Claye-Souilly, Val d’Europe. Si l’on cherche à renforcer l’offre marchande dans le domaine alimentaire, ce sera au détriment d’un commerce de proximité exsangue. Je réagis donc aux propos tenus lors du Conseil du 26 septembre 2012 d’un homonyme marseillais, membre de la Communauté de l’Ourcq, quand il dit « trouver dommage que l’implantation de surfaces commerciales n’ait pas été considérée alors que le SCOT identifie un déficit de grandes surfaces commerciales dans le périmètre du syndicat mixte » ! Faire croire que l’implantation d’un grand centre commercial – bienvenue au Val des Effaneaux, je suppose – résoudra l’offre commerciale est un leurre ! La réalité économique guide le pas d’éventuels investisseurs ! Soyez crédibles ! Autres pistes ? Je « sèche » ! Mais, vous avez des idées !

 

3 - Qui parle « emploi » parle nécessairement « logement ». Tant que l’emploi n’aura pas trouvé sa place dans notre développement, la politique du « je construis à tout va » n’a aucun sens. Va-t-on, mettre la charrue avant les bœufs et construire à qui mieux-mieux ? Construire des « villages dortoirs » n’a aucun sens ! Cet apport de population engendre bien des coûts pour la Collectivité (Aménagement des terrains, VRD, station d’épuration, écoles, loisirs…), entretient un « communautarisme » qui ne permet pas l’intégration, dénature totalement notre tissu social et culturel tant urbain que rural. Vouloir, pour je ne sais quelles raisons idéologiques, développer l’offre de logements ne me semble pas être une priorité. Des logements « dits sociaux »… Je crois que nous sommes au-delà du « quota » imposé par la loi.  Donnez donc votre adresse à Cécile, elle cherche désespérément des crèches !

 

4 - On n’a cesse de nous bassiner que les transports ne sont pas suffisamment nombreux. Ici, encore, aucune étude réelle et sérieuse n’a été menée sur le district. Qui a réalisé un « audit » sérieux et indépendant sur la fréquentation des lignes offertes ? Fussent-elles routières ou ferroviaires. C’est - et je crois que lors de cette réunion publique - le sujet a été abordé mais esquissé ! Y aurait-il inadéquation entre l’offre et la demande ? Y aurait-il des modifications profondes à apporter au schéma des lignes exploitées ? Y aurait-il à repenser le maillage actuel ? Cependant, soyons rationnel et disons-nous que les « transports en commun » - en milieu rural - ne sont pas, ne seront pas, ne seront jamais la panacée universelle ! Les déplacements (même pour aller chercher son pain à 500 m) se font en voiture ! Voitures, stationnements, sécurité routière, sont les casse-têtes des élus. Il faut les assumer ! Vouloir donc favoriser des déplacements « efficients »… Il y a du pain sur la planche ! Changer le mode de vie des citoyens… Bon courage !

 

5 – Le dernier point que je souhaitais aborder, c’est celui de la valorisation des nos cantons. Lors de cette consultation, il a été évoqué du bout des lèvres, le Schéma Régional Éolien (approuvé en 09/2012) qui définit les « zones de vent » au niveau des 648 communes de l’Île-de-France.

 

Si j’ai bien compris l’exposé sur le SCOT, il faudrait qu’il y ait un « lien de compatibilité » avec le SDRIF (Schéma Directeur de la Région Ile de France) qui lui-même « gère » le SRE (Schéma Régional Éolien). Y-a-t’il un lien ? Je ne saurai y répondre. Je laisse cette question aux spécialistes qui trouveront bien un moyen d’intégrer cette nouvelle donne.

 

Je pense savoir, pour avoir « titillé » l’homonyme d’un nom marseillais (oui, encore lui) membre du syndicat mixte, « Qu’il ne serait pas contre les champs éoliens »… Je me souviens de sa réponse : « Peut-être aurais-tu préféré une centrale nucléaire ! » Près de la Marne, de l’Ourcq, du Canal de l’Ourcq, du ru de Vaucelles… Tout était dit ! Oui, à l’éolien mais pas chez lui (sa commune, bien sûr).

 

Le compte-rendu du Conseil Communautaire du 26 septembre 2012 a « retoqué » le Z.D.E et le S.R.E.

 

La Brie – celle du Nord – se doit de rester fidèle à sa nature profonde. On y voyait des vaches, des prés, des champs. Les temps changent et évoluent mais voir des moulins à vent envahir nos coteaux, je n’y suis guère favorable même si j’ai conscience qu’il nous faudra aller vers le compromis pour diminuer la part du nucléaire. Je développerai prochainement l’éolien et ses faces cachées.

 

Qui, dans ces études menées par des experts patentés a parlé de la revalorisation d’un chef d’œuvre en péril qu’est le Vieux Château de LIZY ? Personne ! Et pourtant, cet édifice devrait faire partie du patrimoine, tout comme les lavoirs, les églises…

 

Attendons la suite que nous découvrirons - au hasard -  et patientons jusqu’en mars 2013 pour la présentation – finalisée – du document d’orientation et d’objectifs (DOO) !

 

DODO, dormez donc tranquille, le premier cercle veille et œuvre pour vous - et votre avenir -.

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article