Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le bloc-notes de J.M DELATTE

Chère Cécile,

9 Décembre 2012 , Rédigé par JM DELATTE Publié dans #Mon coup de gueule

12-12-04-duflotJe voulais profiter de ce premier dimanche de l’Avent pour écrire au Père Noël mais je viens de me rendre compte – sans stupéfaction d’ailleurs - que j’avais passé l’âge pour lui demander de mettre quelques menus cadeaux dans mes gros sabots de Briard. Alors, je préfère te toucher deux mots pour éclairer un peu ta lanterne, toi qui brille de mille feux comme les guirlandes du sapin vert dans les ors de la République.


 

Lors de ton séjour à N.D des Landes, tu aurais pu implorer la Bonne Mère pour que celles et ceux qui vivent en oripeaux dans les rues trouvent un pied à terre digne qui ne ressemble plus à une « maison écologique » de l’âge des hommes des cavernes. Tu ne peux pas leur en vouloir, ils utilisent tous les produits d’avenir. Vivre sous les cartons - à recycler -, vivre près des containers verts - qui regorgent trop souvent de nourriture abandonnée par des nantis -, vivre au-dessus des bouches d’aération du métro – où l’air à recycler est chaud et pur -, tu appelles çà vivre ? Comme tous tes collègues du gouvernement – car tu n’as pas que des copains, loin s’en faut- tu joues au SAMU SOCIAL d’hiver dès que le thermomètre – pas les sondages - descend vers zéro. Vite, avant l’hiver, montrons notre solidarité ! La température baisse, la popularité augmentera ! Puis, quand le Printemps arrivera avec ses premiers rayons de soleil, on rangera sa combard fourrée de la Croix Rouge et on l’oubliera jusqu’à l’hiver prochain !  Les sans-abris, ce n’est que l’hiver ! C'est bien connu ! Après, ils  migrent – avec ou sans-papier - et retournent au vert dans leurs cahutes écolos au fin fond des bois ! Bon, je te le concède, tu n’as pas été la seule à avoir joué de la sorte ! Mais, le moyen que tu as utilisé pour rameuter – ou remonter  – les foules dans ton combat hivernal, je le déplore. Je ne mets nullement ta foi en cause mais il me semblerait qu’elle s’est volatilisée car tu n’es pas souvent de bonne foi. Tu as osé demander à l’Église de t’aider à accueillir tous ces exclus d’un modèle social en perdition depuis bien des années en voulant réquisitionner les bâtiments vides du Clergé. Tu ne manques pas d’air. Tu le sais pour l’avoir expérimenté, il n’y a pas si longtemps, que la charité bien  ordonnée commence par soi-même - avec la complicité des autres - ! Ouais, t’avais zappé ! Tu as troqué ton siège de députée de la 6ème circonscription de Paris pour un strapontin mais dans les ors ! Tu roules en carrosse, eux marchent difficilement à pieds avec des godasses qui ne sont pas les escarpins de Cendrillon pour chercher un refuge ! Comment peux-tu parler de morale quand on ne l’applique pas à soi-même ! Je crois, sans trop me tromper, que l’Église participe activement à redonner un peu d’espoir à tous ces démunis. Ah, j’oubliais, pense à mettre ton obole dans l’enveloppe du denier du culte ou dans les mains du petit ange qui orne la crèche – il secoue la tête pour dire merci - ! Alors, tu pourras, après avoir fait ce geste contributif au sacerdoce de ses représentants de l’Église, écrire à Dieu ! Oui, il vaut mieux s’adresser à lui qu’à ses saints ! Sache malgré tout, qu’il ne pourra pas satisfaire à tous tes souhaits aussi ardents et sincères soient-ils. Il ne fait pas les 35 heures, lui ! Il a tellement de volonté à exaucer qu’il ne sait plus où donner de la tête ! La crise, il la connaît (eh oui, il y a aussi la crise dans la Chrétienté, peu d’appelé et peu d’élu. Il a bien du mal à faire un groupe, sans coup de pouce !)  Bon, tu lui fous la Paix ! Tu as commis une faute en t’adressant au Mon…seigneur – égoïste, ce n’est pas que le tien même si tu étais une ancienne des J.O.C -, il fallait envoyer un SOS - non un SMS - au Seigneur !


 

Pourquoi ne cherches-tu pas dans les monuments de l’État, riche propriétaire foncier. D’anciennes casernes, d’anciens hôpitaux, je ne sais, moi, mais paraît-il que tu aurais demandé aux Préfets de te transmettre la liste des bâtiments publics inoccupés suite à l’abandon progressif de nos services publics comme les tribunaux d’instance ferméspar l’ancien régime et bientôt le vôtre pour faute d’audience  -, les maternitésqui n’enregistraient que peu de naissance dans le monde rural -, les annexes ministérielles, les hôtels particuliers rachetés à l’État… J’en passe certainement. Je crois – je peux me tromper – qu’il y en aurait 1.700 à vendre sur 3 ans !


 

Tiens, je vais être sympa avec toi, c’est bientôt Noël. Je vais te faire une confidence. Tu vas changer de registre. Tu ne t’adresseras plus au Seigneur. Tu voyageras dans le temps en t’arrêtant à l’ère des Pharaons. Oui, je te le dis, les Pharaons. Il y a, en Pays de l’Ourcq, près d’Ocquerreen France, pas en Égypteune pyramide ! Oui, une pyramide ! Tu ne connaissais pas ? C’était celle du Pharaon de l’imprimerie française, l’empire Jean DIDIER. Si tu veux approfondir la chose, demande donc à tes services de faire des recherches ! Et bien, dans un élan de générosité – ce n’était pas très catholique mais le plan de sauvegarde de l’emploi a pu être mis en place en limitant la casse – la Communauté du Pays de l’Ourcq a acquis cette pyramide sans toutefois savoir ce qu’elle allait pouvoir en faire au moment des faits traités dans l’urgence. Et urgence, il y avait. C’était en 2011, en octobre, juste avant l’hiver. Il n’y avait pas encore un ministre du redressement productif à l’époque, il n’y avait qu’un officier du redressement judiciaire ! Donc, depuis plus d’un an, cet édifice n’abrite plus que les vestiges d’un empire du soleil couchant. Pour un temps, ne pourrais-tu pas envisager une réquisitionprovisoire – jusqu’au printemps ? Toi, qui connais bien Jean Paul, tu pourrais lui demander de délivrer un « pass navigo » entièrement gratuit pour les SDF parisiens qui utiliseraient les trains – il y en a un toutes les heures - de la ligne Pcomme Problème – pour se rendre dans ce vaste édifice à restructurer au frais de la Région. Tu t’imagines ton image de marque ! Tu offres à tous ces exclus – et, tu le sais aussi bien que moi, il y en aura encore davantage en 2013… - un toit de verre dans une pyramide ! Rêve inaccessible enfin accessible !


 

Non, Cécile, je m’en excuse, je divaguais. Oublie ce paragraphe. Je vais me faire engueuler par tous les habitants du bled, par le Conseiller Général, par le Président de la Communauté, par le Maire,  car j’avais omis de te signaler que ce petit bourg du nord est de la Brie compte, déjà, plus de 46 % de logements sociaux. Tiens, combien y en a-t-il à Villeneuve St Georges ? Cependant, tu peux toujours demander à Jean Paul d’héberger des sans-abris dans les sous-sols aménagés de la rue Barbet de Jouy… Cette jouissance de 20 millions € !


 

Allez Cécile, quand tu retourneras à « l’ayraultport », n’oublie pas ton chapelet en buis pour un rosaire à N.D des Landes ! Dans sa grande bonté, il te pardonnera ton écart de langage !

 

Sans rancune, je l’espère.

 

 

Bien à vous, Madame la Ministre.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article