Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le bloc-notes de J.M DELATTE

Qui aura la fève ?

20 Septembre 2012 , Rédigé par JM DELATTE Publié dans #En aparté... Sans appartenance !

2011-09-04ump-campusAprès avoir fait le tour de France de tous les pétrins - et seul Dieu sait si nous y sommes- les pâtissiers de l’U.M.P ont rassemblé tous les ingrédients pour réaliser une frangipane consistante pour cette galette des rois. De cette épopée en pays gaulois, où chacun des participants à cette pâtisserie gourmande - et ils étaient nombreux au départ puis en cours de route -, a essayé d’extraire l’huile d’amande douce qui lui permettrait d’être dans le lot (avec ou sans consolation), il n’en reste que 2 : Le pâtissier de la Noblesse avec ses « barons emplumés » (je ne suis que rapporteur et non colporteur de bruits de couloir) et le pâtissier du Tiers État. Voici pour les faits.

Qui de François FILLON, qui de Jean-François COPE aura le privilège de la fève ? A ce stade, dans cette course de fond, je ne suis pas en mesure de dire qui aura le plus de souffle pour souffler l’autre. Cette dualité ne peut que diviser la base d’un rassemblement, chacun soufflant le chaud et le froid. Seriez-vous, Messieurs, donc des apprentis pâtissiers car la galette ne supporte pas les écarts de température ! Alors qui aura la fève ? Oui, je me suis trompé de date, la galette c’est à l’Épiphanie, en janvier ! Qu’importe la date, que ce soit en novembre pour l’Armistice ou en décembre pour Noël, le vainqueur fêtera sa propre victoire en compagnie de ses lieutenants, de ses seconds couteaux, de ses petits soldats (pour mémoire, militant vient du latin, miles, militis, qui signifie soldat), de ses « convertis » de la dernière heure, de tous ses « courtisans intéressés » pour le festin futur. Bon, pas de galette mais l’apéro géant !

Mais au fait combien y aurait-il de parts pour le gâteau ? Bonne question ! Je n’en sais rien, mais il y aura beaucoup de gourmands à satisfaire car l’appétit vient en mangeant !

A partir d’une pâte qui n’est pas homogène, il y aura bien des grumeaux. Le gâteau pourrait être indigeste. Eh oui, l’U.M.P s’est métamorphosée en une multitude d’étoiles plus ou moins filantes : La Droite Moderne (H. NOVELLI, G. LONGUET, L. CHATEL), le Rassemblement Gaulliste (R. KAROUTCHI), les Humanistes (J.P RAFFARIN, M. LAFFINEUR, J. LEONETTI, J. Ph. DAUBRESSE), la Droite Populaire (Th. MARIANI), la Droite Forte (G. PELTIER). Il faudra donc bien du courage au titulaire de la charge pour orbiter tous ces satellites et les faire tourner dans le même sens ! Bon courage au futur vainqueur !

Un constat cependant : on ne traite qu’avec les « militants » et on oublie - volontairement - les « sympathisants ». Il y aurait 260.000 militants à l’U.M.P, dont 45.000 pour soutenir la candidature de F. FILLON et 35.000 pour soutenir celle de Jean-François COPE ! Chiffres à vérifier... On est loin du compte : 45 + 35 = 80 ! Que feront donc les 180.000 oubliés ? Sachons une chose, lors des élections générales, ce sont plus les « sympathisants » que les militants qui élisent le chef ! Cette « fausse primaire » n’aurait donc rien de bien démocratique... C’est un constat, je le répète et non une affirmation ! C’est « statutaire », paraît-il ! Vous remarquerez, au passage, que le nouveau chef du Parti Socialiste a été désiré par le Premier Ministre, en accord avec Monsieur le Président ! Les militants, les sympathisants ? Sans avis, on passe !

Mais « où est donc passée la septième compagnie », non le RASSEMBLEUR qui laissera de côté son « égo », ses petits troufions, ses valets, ses courtisans ? Encore une fois, je rêve !

Merci, je n’ai plus faim ! Je n’aime pas la « frangipane », trop lourd à digérer. Donc, je ne suis ni la farine (trop peur d’y être roulé), ni le beurre (trop peur d’être écœuré), ni la poudre d’amandes (trop peur d’être effilé), ni le sucre (trop peur du diabète des gens qui se sucrent), ni l’œuf (trop peur d’être battu en omelette), ni la fleur d’oranger (trop peur d’être endormi).

Pour cette galette à pâte brisée, je vous suggérerai de mettre un soupçon  « d’huile d’oranger », celle qui est reconnue pour être tonique, sédative et antidépressive !  

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article