Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le billet de J.M DELATTE

Les "bouchons"... parlons en !

19 Janvier 2010 , Rédigé par DELATTE Jean Michel Publié dans #Archives 2010 - 2011

COMMUNIQUE :

Nous tenons à vous informer que la mise en orbite du satellite UMP Ile-de- France  lancé jeudi dernier sur la base de MEAUX a été une grande réussite. La mise a feu a été opérée, avec succès, par le maître de séance, Monsieur COPE, en présence de la tête de liste Madame PECRESSE et de ses nombreux « fidèles ». A l’heure de nos informations, nous pouvons simplement vous dire que l’apogée sera de 36 sièges (dont 7 pour les couleurs de la Seine et Marne)  et le périgée de 24 sièges.


Revenons à des considérations plus sérieuses… Je m’étais égaré, et vous prie de m’en excuser.


Je vais donc me situer et me positionner. Oui, Madame la Ministre, je fus, pendant bien des années un militant RPR très actif. Beaucoup me connaisse pour cela ! Les jeunes années sont passées  et suis devenu beaucoup plus réservé sans pour autant abandonner mes propres convictions. Godillot, je ne le fus point et suis, encore moins, un fayot ou un courtisan. Je me suis éloigné du « monde politique d’aujourd’hui» car je n’ai pas l’esprit « tueur » ! Carriériste ? Certainement pas.


J’ai donc lu, avec grande attention, votre programme pour les régionales 2010.


Pour l’entrée en matière - car je ne vais pas reprendre, en un seul article, votre catalogue électoral - le programme des transports est ma première cible.


Je suis « heureux » d’apprendre qu’il y a, journellement, 200 kilomètres de « bouchon » sur les axes franciliens et A86. Ce constat, pour moi, n’est pas une découverte… Je le vis au quotidien ! Je suis surpris de votre compassion marquée ou remarquée envers les pauvres utilisateurs forcés de ces axes routiers


Quand Madame la Ministre se déplace, elle n’est, certainement,  pas sur nos routes encombrées dès 6 h  le matin ou 18 h le soir que je sache… De plus, l’utilisation de son passe-droit bleu avec sirène (que d’abus en la matière seraient à signaler…) ou motards lui donnent certainement l’impression d’une fluidité du trafic !  Trop pris par son second bureau qu’est devenue sa voiture, elle n’a pas le temps de regarder ce qui se passe sur la route empruntée. Alors, arrêtons l’hypocrisie !


Et que proposez-vous pour essayer d’améliorer nos conditions de déplacements ?


 « De créer des voies supplémentaires sur certaines portions ! »  On se contente encore une fois de décaler le problème… Après avoir parcouru « x » kilomètres sur une bande à 3 voies… Qui-y-a-t-il après ? Un goulot d’étranglement !  C’est la pure logique…


Vous pensez que cette vision est une solution ? Non, car encore une fois vous allez creuser notre déficit exorbitant pour de l’illusion et de la poudre aux yeux !


Alors, avec tout le respect que je vous dois, je vais essayer d’être constructif en sortant du discours tendance et en ouvrant un autre chemin de réflexion. L’élite n’est pas forcément bien pensante…


Pendant les épisodes capricieux de Dame Nature de Janvier, la plupart de notre réseau routier a été paralysé par un manque profond de réactivité… Ce fût l’occasion de mon coup de gueule « La France patine ». Dans un réel souci d’éviter le pire, il a été pris la mesure suivante : « L’interdiction aux poids lourds de rouler ». Enfin, une décision courageuse était prise !


Quand on est pris dans les « bouchons », on a tout loisir de regarder… Votre regard se porte instinctivement sur la file roulant en sens contraire au vôtre… Que découvrez-vous ?  Un nombre impressionnant de « poids lourds » intercalés entre les voitures ! Le constat est simple : On ne roule plus, on gaspille du carburant, on pollue, on commence à s’énerver, à gueuler… Rien de constructif, naturellement.


Par contre, si on aborde ce problème du quotidien sous un autre angle, on peut réfléchir en se posant la question : 

« Que faire pour éviter ce mal  récurrent ? »


Au préalable, peut-être, procéder à un comptage exhaustif du nombre de véhicules, en distinguant voitures et camions, dans les tranches horaires de 6 à 8 et de 17 à 19 heures du lundi au vendredi. D’en retirer une statistique et d’en émettre une synthèse.


Alors, une mesure expérimentale pourrait être prise : « L’interdiction de circulation aux poids lourds pendant ces tranches horaires  sur l’ensemble des grands axes menant ou contournant nos métropoles».

Oser interdire, mais c’est le blocage immédiat par nos camionneurs ! Il est vrai que sans pédagogie cette décision serait assimilée à une ségrégation, à un sectarisme, à un dictat ! Le courage politique impose certaines décisions même, à priori, impopulaires. Certaines actions prises (et à prendre) par nos gouvernants l’ont démontré et le démontrerons.


Je pense que tout le monde en retirerait un bénéfice :


-          Au premier chef, les chauffeurs routiers qui profiteraient de cette période pour effectuer la pause obligatoire sur des aires de stationnement aménagés (gain de carburant = moins de pollution ; gain de temps = gain d’argent ; gain de fatigue et d’énervement = gain de sécurité)

-          Puis les automobilistes qui devraient, pendant ce créneau unique, retrouver également une fluidité dans leur conduite avec les mêmes avantages.

-          Enfin, nos finances publiques qui n’auraient pas à se lancer dans des dépenses inconsidérées et sans effet en créant, pour rien, de futurs goulots d’étranglement.


Vouloir traiter les problèmes inhérents aux transports en les réduisant UNIQUEMENT aux transports collectifs
(amélioration… à prouver… de la circulation sur voie réservée des bus, taxis…- création de nouvelles voies de ce type…) est, à mon sens, une vision un peu verte des zones rouges, pour ne pas écrire des points noirs !


C’est, certainement, je vous l’accorde, une vue simpliste mais j’ai le courage de l’exprimer et de l’assumer.


Bien respectueusement.

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article