Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le billet de J.M DELATTE

Mots à toutes les sauces !

15 Septembre 2013 , Rédigé par jm delatte Publié dans #Mon point de vue

copé 1997 sepiaToujours fidèle à mes habitudes du samedi, je flâne au marché de MEAUX pour rendre visite à mes amis - les lève-tôt – commerçants hors du commun que sont mon poissonnier – et sa harangue particulière -, mon rôtisseur – timide mais maître en la matière -, mes marchands de fromage. Or, en ce samedi, un gus me tend la main pour me remettre le premier billet de la campagne des municipales de Jean-François COPE. Il commence tôt !

Le slogan  « MEAUX POUR TOUS » m’inspire tout en me faisant éclater de rire ! La langue française est si riche que je ne puis céder à la tentation en jouant de la polysémie ou de l’homonymie phonétique !

Pour le maire sortant, briguant (attention l’écrivain à l’orthographe…) un quatrième mandat, son slogan est « MEAUX pour TOUS ».  Peut être servira-t-il à donner le titre du futur spectacle historique 2014 dans le genre capes et épées : « Tous pour moi et MEAUX pour TOUS ». Quatre mandats, un record pour la « bonne ville de MEAUX ». Je vous rassure, je ne suis ni électeur inscrit à MEAUX, ni inscrit au « fan club » du candidat.

Que restera-t-il donc à la liste adverse si elle souhaite intégrer le mot « MEAUX » ? Des « MOTS pour TOUS » ? Commun ! Car avec des mots on ne construit que des phrases. De plus cette façon de faire est la marque de fabrique de « l’action » gouvernementale. : LA PARLOTTE sans les ACTES – ou si peu - ! Il ne lui restera que « Des MAUX pour TOUS » ! Pas flatteur car, comme le disait Jean de la Fontaine : « tout flatteur vit aux dépens de celui qui l’écoute »… Vous l’écoutez, il vous taxe ! Facile de promettre quand on fait les poches du contribuable ! Et encore…

Prononcer des MOTS pour éviter des MAUX à  la ville de MEAUX, voyez comme la langue de Molière est riche et subtile !

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article