Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par JM DELATTE

Le tabou des transports en zone rurale était, est, et demeure le sujet qui fâche.

 

Qui d’entre vous n’a jamais vu en gare de LIZY un train circulant pratiquement à vide (au moins deux personnes à bord : un conducteur et un contrôleur !), qui d’entre vous n’a jamais vu un grand car roulant presque vide traverser votre rue, qui d’entre vous n’a jamais croisé sur nos petites routes un grand car de ramassage scolaire avec quelques personnes à bord ? Vous ? Eux ?

 

Moi ? Sûrement et cet amer constat je le fais tous les jours – ou presque - et le déplore depuis bien longtemps mais sans être entendu !

 

A croire que nos Politiques, nos membres de la Communauté de communes du Pays de l’Ourcq, nos acteurs associatifs  portent des lunettes fumées ou sont frappés d’une cécité électoraliste. « AOUT », ce n’est qu’un mois d’été ! Et pourtant, en cette période de crise, il faudrait enfin comprendre que tout a un coût et que l’on ne peut plus continuer de la sorte. Doit-on confondre SAMU SOCIAL et COLLECTIVITE TERRITORIALE ? Dorénavant, et plus nous irons dans le temps, cette « vision » deviendra une voie de garage. Oui au service public mais pas à n’importe quel prix !

 

Pour le canton de LIZY, qui est le mien, trois points seront, succinctement, abordés :

 

  • L’exploitation des 16 lignes régulières de bus pour environ 17.000 habitants desservis :

 

Rien que pour l’exploitation de ce service à la personne le déficit, pris en charge pour moitié par la Communauté de Communes du Pays de l’Ourcq et le Conseil Général de SEINE et MARNE,  est de l’ordre de 300.000 € ! Le budget 2010 du Conseil Général représentera 4,4 % de 931,6 M€ soit près de 41 millions € ! A l’heure de la recherche d’économie, il serait grand temps de se pencher sur la problématique que pose ce mode d’exploitation.

Elle peut se résumer en quelques points :

 

  - Des bus de capacité standard qui dégradent le réseau secondaire

  - Des taux de remplissage faible (à l’exception de certaines dessertes)

  - Des circuits mixtes qui allient ramassage scolaire et liaison gare - domicile

  - Une grande inadaptation à l’accessibilité tant des personnes âgées que des handicapé(e)s.

  - Des fréquences pas toujours étudiées

 

  • L’exploitation ferroviaire et concomitamment les dessertes qu’elles engendrent par l’exploitation du bus dans le cadre liaison TRAVAIL – DOMICILE :

 

Les 17 A/R en semaine et les 16 du dimanche obtenus peuvent faire penser à une « grande avancée » par rapport à ce qui existait auparavant mais était-ce judicieux d’obtenir plus de trains au lieu et place d’un réel service offrant confort et fiabilité ?

Il ne faudrait pas oublier que dans le cadre du Plan de Déplacement Urbain 2009 (PLU) une enveloppe exceptionnelle de 3 millions € a été débloquée pour la seule amélioration de la ligne MEAUX – LA FERTE MILON par le Conseil Général.

Ne croyez pas que je sois contre le fait mais il aurait fallu prévoir un cadencement autre. Est-il « normal » de laisser rouler des trains sans pratiquement aucun voyageur ? Comment obtenir un taux de remplissage correct avec des autorails à grande capacité permettant à la Collectivité, donc à vous… de couvrir les charges liées sans pour autant accroître le déficit chronique ?

  • Le cas des transports scolaires et du public scolaires :

On se retrouve devant la même problématique que celle exposée pour les transports de la personne avec, en plus, la multiplication des déplacements dans le cadre des regroupements pédagogiques et des cantines scolaires. Que de cars circulent à vide !

Alors, à l’heure où la notion de déficit doit être proscrite, agissons ensemble pour établir une véritable table ronde sur la politique à mener par notre canton en matière de transport associant les principaux décideurs et les usagers.

Les outils, ils existent :

  • L’élaboration d’un SCOT (SCHEMA de COHERENCE TERRITORIALE)  par la Communauté de Communes du Pays de l’Ourcq
  • L’élaboration d’un PLD (PLAN LOCAL de DEPLACEMENT)

Mais la volonté semble faire défaut. Il est toujours plus facile de dire que « ce n’est pas de notre compétence mais celle du STIF (Syndicat des Transports Ile de France) ! Fermons nos bourses vides et ouvrons les yeux

 

Pour de plus amples informations, je vous recommande de voir la maquette réalisée et présentée à CONGIS lors de la conférence-débat public du 05 mars dernier par Monsieur GAUDIN.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article