Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Electron libre

copé fillon

Non, ne croyez pas que je sois revenu à la case départ ! Je l’ai, maintes et maintes fois, écrit, je ne suis plus, ne serai plus, un militant « activiste » qui s’anime – surtout avec les doigts sur la couture – au premier son d’un clairon ! Mais, dans cette compétition réservée au cercle des « inconditionnels patentés », je m’y invite pour donner le sentiment d’un ex-godillot conditionné car SI j’avais eu à choisir entre F. FILLON et J.F COPE, je crois que j’aurai « choisi », non pas Monsieur le Maire de MEAUX – qui y fait un sacré boulot – mais F. FILLON.


Pourquoi ? Je suis « vieillissant » mais je pense encore avoir l’œil vif et la pensée solide. Je n’ai jamais été ni « béni oui-oui », ni « courtisan », ceci vous le savez !


J.F COPE, que j’ai connu dès ses débuts meldois, m’avait fasciné par son talent d’orateur, sa volonté de changer MEAUX, son sens du dialogue, sa proximité. Les années passent et elles changent profondément un homme. Voyez la mutation d’un certain François HOLLANDE devenu Président ! Mais sont-ce les années qui ont fait « changer » notre meldois ? Non, ce ne sont que les moments de rasage quotidien qui vous renvoient l’image d’un homme fasciné de pouvoir ! D’autres y ont pensé avant lui ! Oui, cette profonde « envie » - même s’il s’en défend, du moins pour l’instant - d’accéder à la fonction suprême l’a quelque peu « remodelé ». Il sait que son maintien au poste de Général en chef de l’UMP lui donnera un atout maître dans son jeu de carte. Alors, depuis son « ralliement » - un peu tardif - au mentor Sarkozy, il a changé de vision ! Non, rassurez-vous, il ne porte pas de lentilles mais son contact avec celui qui a fait – et qui continue à faire – l’école « buissonnière » ne me parait pas être le « meilleur »des  choix. Je le sais, les voix des électeurs de la chapelle LE PEN, n’appartiennent pas à la maîtresse du chœur d’opéra de VERDI dans « Un ballo in maschera » (Le bal masqué). Alors pourquoi « emprunter » ce chemin de travers où surgissent, derrière le Buisson, l’arbre de « l’islamophobie » et celui du « communautarisme ». Ces sujets sont trop importants pour devenir des objets sociétaux clivant ! Il est devenu « décomplexé » (pourtant, je ne lui ai rarement trouvé un complexe, excepté, peut-être, celui d’une supériorité quelquefois insupportable). Il s’intronise  « Révolutionnaire » (un « sans culottes » bien culotté). Il se dit « résistant » mais pourquoi donc vouloir une guerre avec ses adversaires et aussi les siens ! En un mot, et pour le résumer : « Je veux être le premier opposant » !  C’est tout dire sur le futur SI… Sera-t-il le « COPELENCHON » de la droite populiste ? Le gladiateur du 21ème siècle ?


F.FILLON représente, à mes yeux de « Chimère », l’homme de « statuquo », le profil de l’homme « rassembleur » qui n’a rien d’un « va-t-en guerre » ni d’un « pseudo-poltron » ! J’ai toujours en mémoire ce grand moment de lucidité, de vérité : « Je suis à la tête d'un État qui est en situation de faillite sur le plan financier, je suis à la tête d'un État qui est depuis 15 ans en déficit chronique, je suis à la tête d'un État qui n'a jamais voté un budget en équilibre depuis 25 ans, ça ne peut pas durer » (En Corse, pour corser le tout, le 21 septembre 2007).


Mais « François, qu’est-ce qui t’a pris… Tu devras, dès aujourd’hui, la mettre en sourdine ! Tu es MON collaborateur ! »… Même recadré – pas placardé -, il a su résister pendant 5 ans ! Il lui a fallu bien du courage. C’est un gage précieux !


En effet, en cette grave période de crise, seul un véritable « RASSEMBLEUR » pourra ouvrir la porte à un dialogue constructif dans l’intérêt de notre pays – sans aucune concession d’ailleurs – avec une majorité qui se diluera dans quelques temps. Les « verts » retourneront à la chaumière écologique, à la pêche aux voix pour les futures municipales ; les « rouges » ne mettront jamais de l’eau dans leur vin et finiront par boire la tasse aux élections futures ! C’est une simple hypothèse, je le dis !  Non, il ne sera pas, non plus, le « nouveau premier ministre » de François ! Deux « François » à la tête du pays, vous n’y pensez pas ! Moi non plus, je vous l’assure ! Par contre, un « rapprochement » avec d'autres François ne me gênerait pas !


L’opposition ne doit pas se contenter, comme aujourd’hui, d’être un moyen d’affrontement permanent, un théâtre d’opération avec dépassements verbaux (les chahuts de l’Assemblée…), de rébellion  (les papillonnements des sénateurs) mais devenir l’ANTITHESE au « service » des THESARDS ! Qui parle, thèse, il y a « antithèse » puis « synthèse » ! N’est-ce point le « B à BA » de la philosophie (sagesse) ?


Quand on aura compris qu’en situation « exceptionnelle », les moyens doivent être « exceptionnels », on aura bien avancé dans la démocratie !


Et après l’élection de ce dimanche 18 novembre… (Ils auraient pu attendre le 18 juin !)  que deviendra le parti de droite ? Quelles seront les lignes à suivre (démarcation ou médecin sans frontière avec droit d’ingérence) ? Les « Frères » ennemis d’un moment passeront-ils l’éponge ?

Mais pourquoi te poses-tu ces questions ? Tu n’es pas concerné !


Oui, je n’ai écrit ce billet que pour moi ! Si vous l’avez lu, tant pis pour vous !


Ah j’oubliais, ils ont tous les deux un point commun : Ils sont tous les deux « coureurs » (Non, pas de çà…). L’un, spécialiste des marathons courant la France tout azimut après des voix sans frontière, l’autre, coureur automobile sur circuit sécurisé !

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article