Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le billet de J.M DELATTE

Je suis allé au "Front"... Ceci vous surprendrait-il ?

31 Mai 2012 , Rédigé par JM DELATTE Publié dans #Archives 2010 - 2011

Je n’anime pas de blog politique partisan, vous l’avez remarqué. Je suis fidèle à moi-même dans le respect des autres et porte mon attention à l’écoute, au dialogue, à la critique parfois sans tomber, je l'espère, dans l’outrance. Je me suis donc « invité » à CONGIS,  à la table ronde du candidat Guillaume QUERCY, candidat du Front de Gauche aux législatives de notre 6ème circonscription de Seine et Marne. Pour une fois, ce n’était pas des rangées de chaises alignées les unes derrière les autres pour écouter le « maître à penser » mais un demi-cercle, un petit hémicycle en somme, où le candidat évoluait sans être enfermé, sans s’enfermer d’ailleurs ! Un peu Hugolien : « Lorsque l’enfant paraît, le cercle de famille applaudit à grands cris, son doux regard qui brille fait briller tous les yeux »... J’exagère, ce n’est plus un enfant même s’il est novice en politique. Mais tout s’apprend quand on en a la volonté !

 

Je n’y suis pas allé en qualité de chevalier...  de la table ronde pour guerroyer - même quand on va au Front -, mais pour connaître le personnage qui brigue une investiture.

 

Je pensais y entendre des « propositions concrètes » pour notre canton face aux problèmes de la ruralité (emploi, santé, transports, sécurité). Il n’en fût rien car cette « constituante » avait pour thème l’enjeu énergétique - et son corollaire l’écologie - en particulier, le grand danger de l’exploitation du pétrole et gaz de schiste par fracturation hydraulique dans notre région où les « permis n’ont toujours pas été annulés. Très clair sur ce point : NON, c’est NON et sans portes ouvertes pour l’autorisation à des fins qui se veulent expérimentales mais qui dérivent trop souvent de l’expérience à l’exploitation pure et simple sans préavis ! J’ai repris le texte de loi et me suis permis de l’annoter. A vous de juger !

 

Sur le nucléaire, il n’a pas de rejet idéologique contrairement à certains verts. Il est conscient qu’il faudra aller vers des « complémentarités » pour diminuer progressivement  la part du nucléaire dans notre système de production énergétique car l’extraction de l’uranium pourrait être dans quelques années une source de graves conflits. Aller vers l’énergie vertueuse n’est donc pas un sujet tabou.

Oui, à l’éolien, oui, au photovoltaïque mais d’une manière raisonnée et raisonnable en y associant davantage le citoyen pour des choix stratégiques dans sa manière de conduire sa propre révolution énergétique et écologique. Voici l’explication de la phrase « Prenez le pouvoir » ! Une des questions posées, qui a retenu mon attention, et qui mériterait qu’on s’y attache à réfléchir : « Pourquoi ne pas envisager la production d’électricité sur son propre territoire, sa commune, son propre canton pour alimenter les industriels, pour l’éclairage public, pour les locaux publics ? Ce qui est produit sur site vient en diminution de la facture globale énergétique nationale, un geste citoyen éco-responsable... » Il est vrai que nos communes, nos communautés de communes, nos conseils généreux - pardon généraux -, nos conseils régionaux se lancent, sans grande concertation, dans des projets plus ou moins pharaoniques qui ne correspondent pas nécessairement à nos attentes immédiates. Il fut même abordé la production d’électricité par l’hydraulique de nos moulins... Meunier, tu dors, ton moulin... a disparu !

 

Oui, je suis resté sur ma faim car je voulais qu’il nous donne quelques lignes de « son programme » pour NOTRE CANTON, pas celui du catalogue national car, si pour moi, un député est un « politique », il est aussi et surtout un homme de terrain qui a pour vocation de nous représenter tant sur le plan national que local et défendre l’intérêt général.

 

Le programme « local », ce sera pour plus tard, je l’espère.

 

Qu’ai-je retenu en sus de cette prise de position sur le débat énergétique ? La modestie et aussi cette volonté d’associer davantage le citoyen dans le débat, dans l’acte. Oui à la transparence, Non à l’opacité. C’est un point commun - peut-être le seul - d’ailleurs.

 

Il est vrai que les promesses n’engagent que celles et ceux qui y croient !

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article