Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le billet de J.M DELATTE

H2D deviendrait-il H1D ?

27 Février 2013 , Rédigé par JM DELATTE Publié dans #A la UNE

dondhi01La curiosité serait-elle un « vilain défaut » ? J’ai « déniché » lors d’une requête par un moteur de recherche un entrefilet sur H2D : « Monsieur DORCHAIN Dominique a démissionné de ces fonctions de Directeur Général en date du 31 décembre 2012. » Cette décision est parue dans les colonnes de « La Gazette Nord - Pas de Calais/édition du Nord » en date du 16 février 2013.

 

Je ne suis ni « voyeur », ni « fouille-merde ». Je suis tout simplement de ceux qui s’intéressent, sans y avoir un intérêt direct particulier, à la destinée de cette entreprise qui, en octobre 2011, a été retenue par l’administrateur judiciaire de l’époque pour reprendre le « fardeau » d’une imprimerie qui avait vendu son âme à la finance.  Il est vrai que j’étais sur le terrain en qualité d’observateur. J’ai pu découvrir le drame qui se nouait après de multiples plans sociaux restés sans effet sur le redressement de la marche de l’entreprise, celle qui employait encore près de 500 personnes. J’ai vécu le « ressenti » des anciens encore présents qui « connaissaient les repreneurs » : « Ce sont des gens de chez nous… Ils connaissent le boulot… Ils étaient à l’école de Monsieur Jean… » Ils étaient presque contents que ce soit eux et non les autres ! Aidé, en partie, par la Communauté de Communes du Pays de l’Ourcq, pour le « rachat de la Pyramide », les juges du Tribunal de Commerce ont validé son « offre de reprise ». Environ 200 personnes se retrouvaient sur le carreau mais le site n’était pas voué à la « friche industrielle ».

 

Les mois passèrent. L’épopée Marysienne, on n’en parlait plus, affaire classée. Mais l’actualité économique dans le secteur de l’imprimerie de labeur a rattrapé les dirigeants : Le site « historique » d’HELLEMMES est mis en liquidation quelques mois après l’acquisition de MARY. Celui de LYS (racheté au groupe DECOSTER) subit lui aussi, la « crise de l’imprimerie de labeur » de plein fouet. Il est mis sous sauvegarde par une procédure de redressement judiciaire. Celui de MARY enregistre des jours de RTT, de congés à prendre et du chômage partiel.

 

C’est un secteur en très grande difficulté, disons-le.

 

Alors, aujourd’hui, l’un des acteurs de l’aventure tire sa révérence. N’a-t-on pas le « devoir » de se poser la question : « Pourquoi » ? Je ne suis pas auteur de science fiction et j’avoue que je suis bien incapable d’y apporter une réponse crédible.   

 

Le Conseiller Général – non, le conseiller départemental – avait, lors de la traditionnelle séance des vœux, fait allusion aux « difficultés rencontrées » par le Groupe H2D sans pour autant être alarmiste. C’était courant Janvier 2013…

 

Qu’en est-il aujourd’hui pour le site de Mary qui a décidé (P.V des décisions de l’associé unique en date du 28 septembre 2012 – publiée dans « Le Parisien » édition de Seine et Marne SUD en date du 15 janvier 2013) de poursuivre l’activité (sans dissolution anticipée) selon les dispositions de l’article L 225-248 du Code du Commerce statuant sur la perte de la moitié du capital social avec pour obligation de régulariser cette situation au plus tard à la clôture de l’exercice 2014.

 

L’épée de Damoclès est-elle au-dessus des têtes ?

 

Puis-je me tromper ? Je le souhaite de tout cœur.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article