Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La chronique de l'air du temps ! Celui qui se présente à mes yeux ! Ma façon de revendiquer ma LIBERTE ! Exprimez-vous ! Suivez-moi et inscrivez vous sur ma Newsletter. Ni pub, ni enregistrement de données ! Accès sécurisé ! Accès gratuit. Un gaulois et fier de l'être !

Et revoici le péage URBAIN !

Le péage urbain : Mythe ou utopie ?

 

Je viens de lire que la Commission Mixte Paritaire, en date du 16 juin, s’était mise d’accord pour tester pendant 3 ans des péages urbains qui viendront financer des projets de transports en commun en site propre pour les agglomérations de plus de 300.000 habitants. Ce texte sera soumis au vote du Sénat le 28 juin et à l’Assemblée le 29 juin.

 

Alors, croyez-vous que cette nouvelle taxe soit la panacée au désengorgement de ces axes routiers ?

 

Je suis « francilien ». J’emprunte, pratiquement tous les jours, les voies congestionnées que sont le A4, le A104, le A86 ! Tous les jours ces pénétrantes ou con-tournantes PARIS et sa proche banlieue sont plus que saturées ! Il en est de même de l’ensemble des axes reliant PARIS et sa périphérie… Les « bouchons » furent le « credo » de chaque liste lors des récentes élections régionales. Même, aujourd’hui, ce dernier est repris dans les « 5 grands chantiers » du Conseil Général de la Seine-et-Marne ! Je l’ai découvert en lisant page 57 un extrait des grands projets pour la Seine-et Marne   « Affectation temporaire ou définitive de la bande d’arrêt d’urgence à certains types d’usagers, cars, bus, covoiturage… » On supprime une voie pour améliorer la fluidité ! Un comble !

 

Tout le monde est sensible à ce fléau mais les « solutions » envisagées excluent dès le départ un certain bon sens qu’est l’analyse réelle et sérieuse des « bouchons ». Tous ces « grands spécialistes aux remèdes miracles » semblent ne pas avoir les mêmes horaires pour rejoindre leur poste de travail ! Peut-être ont-ils la chance de pouvoir se déplacer avec la voiture de fonction au gyrophare bleu et à la petite sirène ! Non, ils ne connaissent pas la réalité du terrain et de ce fait ils sont, tout simplement,  privés de l’esprit du bon sens.

 

Un constat est simple à faire : « Combien de poids lourds empruntent matin et soir ces axes ? » Loin de moi d’accuser cette profession d’organiser le blocus mais si l’on changeait les habitudes, tout le monde s’y retrouverait.

 

Alors, une éventuelle piste serait à explorer : « Interdire de 6 à 8 heures et de 17 à 19 heures, la circulation des poids lourds sur les axes pénétrants et con-tournants l’Ile de France dans un rayon de 100 km autour de PARIS ».

 

Cette « expérience » avait été tentée pendant les épisodes neigeux de cet hiver.

 

Les avantages sont multiples :

  • Pour l’automobiliste : Voie moins chargée – davantage de fluidité – conduite apaisée – gain de carburant – moins de rejet de co²…
  • Pour le camionneur : Moins de consommation de fuel – moins de pollution – temps permettant de faire la « coupure » obligatoire – moins de stress, moins d’accident…

Le revers, il y a la page des « inconvénients » :

  • Pour l’automobiliste : Une plage horaire qui peut être discriminatoire (pourquoi eux et pas moi car je n’ai pas les mêmes horaires de travail) – Pourquoi UNIQUEMENT sur les grands axes et pas sur les autres ?
  • Pour le camionneur : Une obligation qui modifie son mode d’exploitation et d’organisation de ses livraisons – Encore une astreinte supplémentaire ! – Une atteinte à son « statut professionnel »…

Le coût de cette mesure ? UNIQUEMENT la création ou l’aménagement de « zone de parking sécurisé » au niveau des principaux postes de péage des autoroutes urbaines avec un renforcement de services pour la restauration, la toilette, l’accès internet…

 

La volonté politique exigera bien du courage car le lobby des transporteurs n’hésitera pas à menacer l’autorité compétente de « bloquer » la circulation sur les entrées d’agglomération par des opérations escargots. Encore une fois, la pédagogie sera de mise. Il n’est pas question de légiférer mais d’expérimenter.

Si, cette expérience de « x » mois s’avère négative, elle sera abandonnée alors même que d’autres expériences de ce type perdurent… Pour preuve, la fameuse voie supplémentaire du A4 du pont de NOGENT (au coût prohibitif pour sa conception digne d’un énarque avec barrières mobiles trop souvent en panne alors qu’une simple signalisation par potelets électriques de feux verts ou rouges suffisait…) qui n’était qu’une zone expérimentale et qui est devenue une institution ! L’erreur est humaine, il faut savoir la reconnaître ! Il en est de même de l’axe réservé aux « véhicules autorisés » sur l’A1 avant l’embranchement de l’A86 vers l’A15… Une hérésie qui a pour conséquence de bloquer davantage la circulation, de créer une zone tampon, d’engorgement qui altère l’environnement !

 

Vouloir, à tout prix, TOUT miser sur le transport en commun me parait une UTOPIE !

 

 

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
À propos
Delatte JM

Ni rebelle, ni godillot, je voudrais que ce blog soit celui de la liberté de la parole, dans le respect élémentaire de la civilité, de la tolérance et le lieu d'échange dans la confrontation d'idées.
Voir le profil de Delatte JM sur le portail Overblog

Commenter cet article