La chronique de l'air du temps ! Celui qui se présente à mes yeux ! Ma façon de revendiquer ma LIBERTE ! Exprimez-vous ! Suivez-moi et inscrivez vous sur ma Newsletter. Ni pub, ni enregistrement de données ! Accès sécurisé ! Accès gratuit. Un gaulois et fier de l'être !

C'est con un rêve !

robot+2ZOLA s’insurgeait de la condition humaine en dénonçant dans « Germinal » les travaux hautement pénibles dans les mines.

Les années passèrent et le progrès commença à marquer de son empreinte le nouveau sort de l’homme. L’ère industrielle naquit.

Avec elle : Fini les cadences infernales dans les mines – on n’en a plus ! – et dans l’industrie automobile ; fini les gueules noires des cheminots ; fini les bataillons de cantonniers – qui savaient si bien entretenir nos voiries - ; fini le « 22 » à Asnières ; fini le poinçonneur des Lilas ; fini la « dame pipi »… Fini deviendrait presque une litanie si je laissais vagabonder mon esprit !

Pour améliorer notre confort quotidien, pour accroître notre productivité sans revenir aux cadences infernales, l’homme – peut être en perdant son âme – s’est inventé son propre clone : Le robot ! Et oui, ce petit « bonhomme » - façon de dire - docile, malléable, infatigable, obéissant aveuglement est devenu le grand faitout de notre histoire contemporaine. Obéissant, docile, infatigable, il l’est ! Vous pouvez lui demander : De bosser 24 h sur 24, de ne prendre ni RTT, ni congés payés… Il le fera sans rechigner car lui n’a ni convention collective à mettre en avant, ni syndicat ! Si vous avez vu un robot recouvert des logos syndicalistes, appelez-moi !

Vous le croisez tous les jours. Dans vos déplacements « métro, boulot, dodo » sous la forme de distributeurs de billets, de composteurs, de navettes avec automate…. Dans vos travaux industriels sous la forme de « soudeurs », « peintres », « découpeurs et façonniers assistés par ordinateur »… Dans votre cuisine sous la forme du « kit spécial cuisine »… J’en passe !

Cette révolution industrielle, sociétale a eu pour conséquence de « détruire » l’emploi ! Il remplace combien de « bonshommes » ? Ce qu’il fait – qu’on lui fait faire grâce à notre créativité, notre intelligence - ne sera JAMAIS accepté par le maître ! « Oh, tu ne vas pas nous transformer en robot, j’ai des « acquits » et je ne lâcherais rien ! » Lui, ne revendique qu’un droit : TRAVAILLER ! On peu lui baisser sa cadence, baisser « son salaire », il ne descendra pas dans la rue ! Donc, ce n’est pas un vrai clone !

Alors, sans aller jusqu’à cette extrême car la révolution gronderait… Je suggèrerai de TAXER les robots ! De les faire cotiser à l’Assedic, à la Sécu, à la retraite ! Eux, ils prendront leur retraite à 150 ans et auront cotisé sans garantie, si ce n’est que le droit d’être mis à la casse pour bon service rendu !

Taxer les « robots » c’est aussi con qu’un rêve ! Encore une taxe de plus… J’obère mes coûts de production. Je deviens moins compétitif. Je perds des parts de marché.

Ce n’est vraiment pas la solution !

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
À propos
Delatte JM

Ni rebelle, ni godillot, je voudrais que ce blog soit celui de la liberté de la parole, dans le respect élémentaire de la civilité, de la tolérance et le lieu d'échange dans la confrontation d'idées.
Voir le profil de Delatte JM sur le portail Overblog

Commenter cet article