Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le bloc-notes de J.M DELATTE

Au théâtre ce soir...

9 Novembre 2011 , Rédigé par JM DELATTE Publié dans #Mon point de vue

mer 26 oct-08Mais que joue-t-on au théâtre de la Pyramide ? Les « Plaideurs » ou « Electre » ?

 

Après la « douche froide » dans une ambiance chaude lors du dernier Conseil Communautaire du 04 novembre à Germigny-sous-Coulombs, une partie des « indigné(e)s se serait réunie, à la Pyramide, le 8 novembre, en Assemblée Plénière (lapsus… Nous ne sommes pas en Cassation), non, en assemblée « plaignante » ce qui me semble être le plus juste ! Oui, plaignante car « on s’estime totalement floué tant par les uns que par les autres » et que l’on voudrait forcer quelque peu un destin…

 

Mais la question est : A qui doit-on s’adresser pour remettre sur le tapis des revendications insatisfaites ? A Dieu ? Il n’a pas à traiter de tous les sujets de misère de la planète même s’il se voudrait être « miséricordieux » ! Aux politiques ? Laissons tous ces « bureaucratiques » (terme emprunté au sociologue Allemand Max WEBER) dans l’anonymat de leur pouvoir. Dans ce dossier, la « solution » n’est pas la « politique » - et surtout pas la politique de la surenchère -, mais la VOLONTE de se sortir d’un guêpier où le félon financier a exercé son pouvoir maléfique pendant bien trop d’années. Qu’il est facile de dire, d’écrire : « On pouvait ou on aurait pu faire autrement ! » Encore fallait-il bien comprendre le premier acte : « Perdre tout ou perdre modérément ? » Un plan social n’est pas une comédie en trois actes du genre « les plaideurs » (J. Racine - 1668). C’est une tragédie en deux actes du style « Electre » (J. Giraudoux - 1937) où la lumière sur les évènements fait éclater la VERITE. Les évènements, vous les avez vécus d’année en année damnée (Combien de plans sociaux ?). Vous les avez subis ! Hier, la VERITE a éclaté au grand jour ! Et le dilemme devenait shakespearien : Tout perdre ou perdre « modérément » ? Un choix difficile à mettre en œuvre ! La solution de la reprise partielle par un professionnel a été faite. Ils ont osé relever ce défi : Ne pas transformer ce site en friche industrielle.

 

Restait en suspend le sort de la Pyramide devenue l’objet d’un véritable « marchandage ».  Je n’ai jamais été « tendre » avec « l’oligarchie » de la Communauté de Communes. Je n’emploie pas cette expression dans un but péjoratif ou vindicatif mais cette forme de gouvernance ne m’est pas très « familière ». Tout comme je suis contre la « bureaucratie ». Un juste milieu s’imposerait. Mais dans ce cas présent (la pyramide), il valait certainement  mieux qu’un « petit groupe » fasse preuve de son pragmatisme par une grande maîtrise du sujet et de l’objet pour essayer de trouver une « solution » car trop d’atermoiement, d’attentisme, d’hésitation, d’abstention ne pouvaient qu’engendrer la confusion de genre. Ici encore, le dilemme était shakespearien : « Abandon du site ou son maintien » ? La décision a été prise le 4 novembre, vous la connaissez.

 

Le délicat « montage » financier semblerait vous mettre en colère car vous estimez que le mot partage est inadéquat. Le partage avec les autres « indigné(e)s du GROUPE (en France) vous est insupportable sur le principe. Je peux le comprendre aisément mais dans ce cas de figure, comment auriez-vous pu penser un seul instant que la Communauté de Communes allait vous adresser un chèque ? Vous n’êtes pas crédule à ce point. C’est la décision du « liquidateur » et ce sont les fondements du Droit en la matière.

 

La Communauté de Communes s’était et s’est profondément engagée dans une démarche d’entraide sociale pour le canton. Et VOUS, qu’auriez-vous fait à sa place ?

 

Alors arrêtons de tourner en rond. Arrêtons la « guérilla » du politicien qui ne pourra être que  le terreau d’une incompréhension. Ayons le courage de nous réunir autour de la table et exposons, aussi sereinement que possible, nos « divergences » dans le respect mutuel. Je résumerai tout simplement en disant : « Que voulez-vous » ?  ou plus crûment "Que voulez-vous de plus" ?

 

Ce n’est pas un problème de « gauche contre droite » ou de « droite contre gauche ». L’enjeu n’est pas la surenchère politicienne qui ne sera que stérile et n’apportera que confusion et certainement de la désillusion à terme.

 

L’enjeu, c’est l’avenir industriel de ce canton avec des plaies à panser. C’est un débat cantonal et non national qui est ouvert.

 

Comme je l’ai écrit, la pyramide peut devenir un nouveau phare de notre développement industriel ou tout simplement de services. Et ce sera à ce stade qu’il faudra trouver les « bons projets » pour éviter toute fuite en avant dans la dépense collective où l’Etat n’apportera guère de moyens en cette période de crise de croissance et de rigueur. Je serai donc très attentif à ce sujet.

 

Ce billet m’est personnel. J’accepte la contradiction, le débat, l’échange de point de vue. Prenez donc votre plume et dites m’en deux « maux » ! Je ne suis pas un "contempteur", je suis "cartésien". J'ai cette liberté de penser et même si certains de mes amis sont choqués par mes propos, j'assumerai !

 

Je crois, pour conclure, qu’il faille « dépassionner » "dépoluer" ce dossier tout en conservant sa propre identité (J’ai horreur du moule…) ET, pour une fois aller vers un consensus acceptable et accepté par toutes et tous. Va-t-on continuer à faire, défaire, ce qui a été fait ? C'est, peut-être, imparfait mais c'est présent ! Il faudra tourner cette page et aller vers le futur. Ou est-ce encore conditionnel ?

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article