Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par Delatte JM

Et si le chauffard avait été MOI ?

Je ne suis ni un personnage médiatique et médiatisé, ni un personnage politique, je n’appartiens à aucune caste, je suis tout simplement : « un monsieur tout le monde ».

Alors croyez-vous que le juge m’aurait gratifié du même traitement que celui qu’il a prononcé envers l’humoriste Palmade ? Je ne le pense pas !

Je ne critique en rien la décision des magistrats à l’égard du prévenu car malgré la colère qui aurait pu me pousser à crier haut et fort mon indignation envers le monde de la justice, je me suis rendu – assez difficilement - à une certaine forme de sagesse qui ne confond, ni ne mêle sévérité et compassion.

Les faits constatés (et à développer) ont conduit le parquet à mettre l’accusé en examen pour homicide « involontaire ». Il aurait dû être placé en détention provisoire (et incarcéré en milieu pénitentiaire) mais le juge d’application des peines en a décidé autrement : Le prévenu sera placé sous contrôle judiciaire dans un service spécialisé en addictologie et sous surveillance électronique dans un périmètre restreint. Le prévenu pourra donc être suivi médicalement pour combattre son addiction aux drogues.

Malgré toute l’antipathie que j’éprouve envers le personnage, je peux admettre que le milieu carcéral (dans l’immédiat, en attente du verdict lors du procès) n’était pas la solution pour un tel malade et que son placement en milieu hospitalier surveillé semblait mieux adapté au cas de figure.

Mais n’est-ce-pas pour autant une FORME GRAVE DE DISCRIMINATION ?

Pourquoi l’individu « lambda » qui aurait commis les mêmes fautes graves n’aurait-il pas pu bénéficier de cette « attention particulière » ? Lui, commun des mortels, il sera placé en détention provisoire, incarcéré et mis aux oubliettes en attendant son procès ! Il n’aura pas droit à des soins pour essayer d’enrayer son addiction aux drogues !

Tout comme le drogué chronique récidiviste, l’ivrogne invétéré subira le même traitement d’indifférence !

Alors mesdames et messieurs les magistrats, faites de ce cas d’espèce (hélas qui n’a rien d’une exception) une jurisprudence qui accordera au prévenu « LAMBDA » les mêmes droits que ceux octroyés aux individus  « de la jet set, du showbiz, de la sphère médiatique, de la politique

Attendons le procès, son jugement…

Messieurs les journalistes, les chroniqueurs, les animateurs de plateaux télé, épargnez-nous les « détails croustillants ou pas » de la vie d’un individu qui a franchi le mur des « cons » en toute connaissance de cause, en toute liberté et qui a fracassé les vies de personnes qui se sont trouvées, malgré elles, au mauvais endroit et au mauvais moment.  

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article