Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par Delatte JM

C’est ce soir… ou jamais !

J’ai assisté, en direct, à l’enregistrement du reportage consacré aux boulangeries en colère et qui sera diffusé ce soir sur FR3 IDF. Les faits ont largement été commentés lors de mes deux prises de position pour défendre le commerce de proximité, de centre-ville car sans lui… c’est la mort assurée de la ville !

Madame Corinne BUTARD, exploitante de la boulangerie – pâtisserie, l’EPI D’OR, place Harouard à LIZY sur OURCQ était interviewée par une équipe de FR3 IDF. Le reportage devrait être diffusé ce soir même.

Elle exploite 3 boulangeries – pâtisseries en Seine et Marne. Elle emploie sur ses 3 sites de production une petite trentaine de personnes.

Madame BUTARD dénonce les augmentations des matières premières (farine, levure, sel…) et surtout celle de l’énergie qui bat des records astronomiques ! Le four fonctionne à l’électricité et ce matériel de cuisson est très énergivore ! Elle n’a pas d’autres moyens pour cuire votre pain ! Vous imaginez un four à bois ? Elle ne cuit pas des pizzas !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je ne fais ni clientélisme, ni particularisme. Je n’ai pas eu vent des deux autres collègues.

Cette personne qui place l’emploi en premier lieu méritait une attention particulière. Je tenais à le saluer.

Je n’ai pas fait de vidéo car je préfère laisser à une chaine d’information régionale la teneur des propos recueillis.

Une chose est certaine : C’est une battante soutenue par ses équipier(e)s !

Où sont donc les aidants ? La profession n’est pas malade mais elle encaisse mal le régime imposé par toutes ces hausses. Dans son cas personnel, le coût de l’énergie sera multiplié par 10 !

Vous faites comment pour éviter de perdre votre clientèle ? Soit vous absorbez le surcoût avec comme corollaire une répercussion sur les autres produits, soit vous acceptez de perdre de l’argent… Jusqu’à QUAND ?

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article