Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le bloc-notes de J.M DELATTE

J'entretiens cette page pour exprimer mes convictions, dire mes coups de coeur, pousser des coups de gueule, publier des photos et tenter quelquefois d'avoir de l'humour. La chronique de l'air du temps ! Celui qui se présente à mes yeux ! Ma façon de revendiquer ma LIBERTE ! Exprimez-vous ! Suivez-moi et inscrivez vous sur ma Newsletter. Ni pub, ni enregistrement de données ! Accès sécurisé ! Accès gratuit. Un gaulois et fier de l'être !

Après la cerise, le noyau !

Publié le 21 Août 2015 par Delatte JM in Mon point de vue

Après la cerise, le noyau !

La saison des cerises est passée… Elle n’a duré que quelques mois. Aujourd’hui, le noyau – dur – s’est fracturé ! Syriza a implosé !

25 députés – des frondeurs… - sous la houlette (j’allais écrire boulette…) de l’ancien ministre de l’énergie, Panagiotis LAFAZANIS, « remercié » lors du remaniement ministériel, ont décidé de former une liste pour se présenter aux suffrages du peuple lors d’une consultation prévue le 20 septembre prochain.

Alexis STIPRAS a annoncé sa démission de Premier Ministre suite à la perte de « sa » majorité lors du vote suite à l’obtention d’un nouveau prêt de 86 milliards € sur 3 ans, et aux concessions « acceptées » - ce n’est pas facile de dire « OCHI » quand on a le couteau sous la gorge et le pistolet sur la tempe ! – pour cet octroi qui évite à la Grèce de sortir de l’euro immédiatement sans avoir, au préalable, un plan « B » applicable concomitamment.

Faut-il le juger comme traître ou parjure ? Je n’ai pas cette aptitude, je ne suis ni Dieu, ni citoyen grec, simplement un libre penseur attaché à la Grèce.

Traître ? Que le mot me semble fort quand, dans ce long épisode des tractations, il lui a fallu, certainement dans l’intérêt de la Nation grecque, pratiquer un grand repli stratégique pour revenir au banc de ses juges !

Parjure ? Certainement car il a abandonné le programme de base, de la base, qui lui avait permis d’être élu face aux « ex » de gauche comme de droite qui n’avaient que pour ambition de se maintenir au pouvoir et d’entretenir copinage, clientélisme, et corruption.

La réalité rattrape toujours le rêve ! Il faut toujours se méfier des « catalogues » !

Ne lui reprochons pas d’être « réaliste » face à une situation qu’il n’avait pas réellement appréhendée.

Qui de nos dirigeants européens auraient eu l’honnêteté de démissionner - après quelque 8 mois de pouvoir - quand ils constatent qu’ils n’arriveront pas à tenir leurs engagements de rase campagne ? Il est démocrate au pays de la démocratie !

Quel sera l’issue du vote de septembre ? Une « junte » comme au temps des colonels ? Un parti populiste qui jouera sur le fléau d’une immigration illégale subie ? Un gouvernement dit « d’union nationale » où les tensions resurgiront après quelques mois de gouvernance ?

Ce sera donc au peuple grec de décider de son avenir !

La tragédie grecque se joue en plusieurs actes !

Un petit rappel sur les institutions grecques : Selon la Constitution, la démission du Premier ministre entraîne automatiquement la procédure des "mandats exploratoires": les trois premiers partis du Parlement, sur la base du nombre de députés, sont appelés l'un après l'autre à tenter de former un gouvernement de coalition dans un délai de trois jours. Le chef d'Etat Prokopis Pavlopoulos a demandé à Vaguélis Méïmarakis, dirigeant de la Nouvelle-Démocratie (ND), de tenter de former un gouvernement de coalition.

Commenter cet article