Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le bloc-notes de J.M DELATTE

Et toujours la politique des faux-culs !

6 Août 2013 , Rédigé par JM DELATTE

16491-prisons-16-avril-2011Depuis quelques années, la France est devenue l’école nationale appliquée (ENA ?) du mensonge en tout genre. De jour en jour, « nos » - je mets ce possessif entre guillemets – politiques vous MENTENT ! Oui, je persiste et je signe : C’est le mensonge permanent après le coup d’éclat permanent ! Ce n’est plus un jeu du hasard mais un sport national (médaille d’or au futur J.O), un art nouveau remis au goût du jour depuis quelques années ! Chacun, chacune y va de son « petit » mensonge pour faire le buzz médiatique ! Ils n’ont pas tous un grand nez mais ce sont tous des « Pinocchio » ! Qu’importe la méthode, qu’importe la hauteur du mensonge, il faut montrer que l’on existe ! Vouloir exister rien qu’en mentantBravo pour la conscience professionnelle ! Ce n’est pas votre électeur que vous représentez mais VOUS avec pour unique but la préservation de votre statut et de ses avantages !

 Tenez, à partir d’un fait divers où tout le monde s’étonne que trois délinquants sur le point d'être incarcérés au motif que la prison locale est surpeuplée, un magistrat du tribunal de Dreux a déclenché une vaste polémique. La droite laisse à penser que c’est scandaleux alors que quand elle était au pouvoir, il se passait exactement la même chose (100.000 peines n’étaient pas exécutées…) ! La gauche marque sa grande surprise, son indignation ! Que de cris d’orfraie poussés par les uns, par les autres… Que des politiques dont certains membres étaient à l’origine de cette loi de 2009 la critiquent aujourd’hui suite aux manques de moyens pour son application, on rêve !

Mais au fait que dit vraiment la loi de novembre 2009 ?

Le constat est simple : Il manque quelque 100.000 places dans les prisons françaises à l’époque. Quoique l’on en dise, la délinquance n’a fait que progresser. Alors, pour alléger des prisons surpeuplées, nos politiques -votent la loi de 2009 qui propose un aménagement de peine lorsque les condamnations sont inférieures à deux ans d’emprisonnement, sauf pour les récidivistes et les délinquants sexuels. Jusqu'alors, l'aménagement était réservé aux peines inférieures à un an. Dans son article 65, la loi engage d’ailleurs à ne prononcer une peine d’emprisonnement sans sursis "qu’en dernier recours".

L’article 66 précise les mesures d’aménagement de la peine "exécutée en tout ou partie sous le régime de la semi-liberté".

La loi renforce aussi le recours au travail d’intérêt général (TIG) et l’assignation à résidence avec surveillance électronique.

Dans leur rapport d’information de juillet 2012, le sénateur UMP Jean-René LECERF et l’ancienne sénatrice communiste Nicole BORVO COHEN, ont estimé que la "priorité est l’aménagement des peines et non à l’extension du parc pénitentiaire". Déjà rapporteur du projet de pénitentiaire de 2009, l’UMP Jean-René LECERF expliquait pendant les débats que "l’aménagement de peine, loin d’être une faveur accordée aux détenus au mépris des risques encourus par la société, leur impose au contraire des contraintes prolongées et limite les cas de récidive."

Alors que faire car le couvert a été remis depuis ?  Abaisser le stock des peines non exécutées qui devra passer soit par une augmentation des effectifs des magistrats, soit par une baisse du prononcé des peines de prison ferme. Ce serait vers ce dernier levier que la future réforme pénale de Madame TAUBIRA devrait influer, en créant une peine de probation alternative à l’incarcération.

« Oh mec, t’es pas taulard ? Non, je passe mon probatoire avant mon examen final : j’attends mon diplôme de grand voyou ! »

ATTENTION çà va décoiffer ! Le crêpage de chignons est garanti !

Mais quand allez-vous faire preuve de bon sens ?

C’est le pugilat permanent !

C’est toujours l’enchère d’un poker menteur !

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article