Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La chronique de l'air du temps ! Celui qui se présente à mes yeux ! Ma façon de revendiquer ma LIBERTE ! Exprimez-vous ! Suivez-moi et inscrivez vous sur ma Newsletter. Ni pub, ni enregistrement de données ! Accès sécurisé ! Accès gratuit. Un gaulois et fier de l'être !

çà va ferrailler sec !

l'homme au pistolet d'or

 

Le candidat socialiste à l’élection présidentielle a été désigné dimanche soir : François HOLLANDE.

 

Et déjà les premières salves sont tirées : La cavalerie UMP monte à cheval et les petits soldats de SOLFERINO n’auront qu’à bien se tenir ! Qu’on se le dise !

 

Comme je le craignais, cette campagne napoléonienne va durer 8 mois ! Elle augure d’âpres combats et nous, simples citoyens, nous n’auront qu’à jouer les brancardiers de service !

 

Non, Messieurs les belligérants, vous nous devez une autre image de la politique. Et au premier chef : La VERITE !

 

Que vous soyez à Gauche, à Droite, il y aura toujours dans la tête de « l’homme politique » d’aujourd’hui, la place des coulisses avec ses arrangements, ses tractations, ses reniements, ses mariages d’un jour, ses alliances contre nature… Et j’en passe ! Se faire élire, c’est, avant tout, aller à la pêche aux voix ! Tout est dit !

 

La politique de caniveau, je ne l’accepte plus ! Cette opinion, entièrement personnelle,  concerne, naturellement, les deux camps : Les « solférinotistes » et les « grognards napoléoniens » !

Que l’on cherche à « démonter » - ce qui n’est pas toujours le cas quand on se veut sincère - le programme de l’un et de l’autre, je le conçois. Mais l’imagerie caricaturale, genre « les tontons flingueurs » ou « l’homme au pistolet d’or » ne me fait même pas sourire !

 

Oui, Messieurs, qu’allez-vous encore nous promettre quand la croissance n’est pas au rendez-vous, quand les déficits filent à la vitesse du TGV, quand la défiance fait place à la confiance ? Un homme ou une femme providentiel(le), vous y croyez ?

 

Je voudrais reprendre les paroles de Monsieur GUAINO (source REUTERS - Th. Lévêque - 16 octobre 2011) quand il écrit (je cite) : « L’élection du Président de la République au suffrage universel dans la Ve république, c’est un homme ou une femme qui se LIBERE de son camp pour aller à la rencontre des Français »… Je me permets d’émettre un doute ! Et pourtant, d'habitude, il est plus pertinent...

 

Sans un « appareil », il n’y a pas de Président ou Présidente ! Un candidat peut être « naturel » sans pour autant être « surnaturel » ! Pour le « surnaturel », il (ou elle) ne peut l’être qu’avec l’appui de son parti, de ses troupes, de ses troufions… Sans parti « pris », la possibilité de l’élection victorieuse demeure incertaine pour le (ou la candidate) libéré(e) de son camp et de ses « alliés » !

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
À propos
Delatte JM

Ni rebelle, ni godillot, je voudrais que ce blog soit celui de la liberté de la parole, dans le respect élémentaire de la civilité, de la tolérance et le lieu d'échange dans la confrontation d'idées.
Voir le profil de Delatte JM sur le portail Overblog

Commenter cet article