Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le bloc-notes de J.M DELATTE

J'entretiens cette page pour exprimer mes convictions, dire mes coups de coeur, pousser des coups de gueule, publier des photos et tenter quelquefois d'avoir de l'humour. La chronique de l'air du temps ! Celui qui se présente à mes yeux ! Ma façon de revendiquer ma LIBERTE ! Exprimez-vous ! Suivez-moi et inscrivez vous sur ma Newsletter. Ni pub, ni enregistrement de données ! Accès sécurisé ! Accès gratuit. Un gaulois et fier de l'être !

Lettre ouverte à Madame MARTIG-DECES

Publié le 13 Juin 2017 par Delatte JM in Mon coup de gueule

Lettre ouverte à Madame MARTIG-DECES

Une réunion dite publique… Qui en disait long ! Comme je le racontais récemment, j’ai voulu assister à celle de la dame MARTIG-DECES le jeudi 8 juin à la salle de Mairie à LIZY ! Je suis de ceux qui pense qu’il faut aller sur le terrain des autres pour échanger – dans le respect mutuel – des points de vue différents. Eclairons les 'sans idées' , les indécis !

Une grande déception que j’avoue maintenant car l’animatrice organisatrice s’est, d’une part, permis d’être à la bourre sans se confondre trop en excuses et, d’autre part, sans coup férir, d’annoncer qu’elle ne pourra pas rester présente car elle se devait de fuguer le petit bled de Lizy pour d’autres messes basses ! Ce qui revient à dire : « Démerdez-vous avec mon suppléant ! »

Cette attitude me gêne et, sans vouloir présager un futur proche, je trouve, Madame, que vous avez une fâcheuse tendance à marquer une forme de supériorité intolérable ! Quelle impolitesse flagrante ! L’intelligence s’acquiert à tout âge, je vous le dis !

Si, en votre qualité de députée (sous réserve, j’entends !) vous traitez de cette manière vos administré(e)s, vos correspondants, vos concitoyens … Je vous promets bien du plaisir car, et moi le premier, me ferait un réel plaisir de vous rendre la pareille lors de vos ateliers !

Autant votre suppléant - éventuel - fut courtois, affable, à l’écoute, autant votre attitude m’a été profondément désagréable !

Oui, Madame, je tenais à vous l’écrire !

Commenter cet article