Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le billet de J.M DELATTE

Serai-je devenu un « intermittent » ?

7 Juillet 2014 , Rédigé par jm delatte Publié dans #Mon coup de gueule

Non, je ne le crois pas mais le travail, primant sur le loisir, m’a privé d’un passe-temps agréable, celui de m’exprimer par l’écriture !

Je vis l’actualité au quotidien mais n’ai pas trouvé le temps de porter les notes sur la partition !

Alors, aujourd’hui, je renoue avec mes coups de cœur et mes coups de gueule. Que des coups de gueule !

Ne pouvant être du jour et de la nuit, j’ai survolé la coupe du monde. Je n’ai même pas regardé le « France-Allemagne » ! Ma camionnette n’a pas la télé ! Heureusement pour les autres automobilistes ! J’ai simplement écouté les « commentaires » des chauvins en la matière. Pendant les poules, on encense ! Après l’échec « relatif » en quart, on distille les brûlots ! C’est exactement le même réflexe qu’avec les politiques ! 2007, on vénère un « sauveur » avant de le mettre au pilori ! 2012, on clame le personnage du « changement, c’est maintenant » avant de le vouer aux gémonies !

L’actualité a été « riche » en événements : « Bygmalion » et ses chroniques politico-judiciaires, les « intermittents du spectacle » sur écran blanc, la « grève larvée » des cheminots et des marins de la SNCM qui prend l’eau de tout bord, la déconfiture de l’U.M.P après tant de tartines… Il y avait matière à s’épancher !

Dans le petit vocabulaire du quotidien deux mots sont devenus majeurs : « merde » et « grève » ! Toute la richesse de notre langue est oubliée. Comme des mômes trop gâtés – pour ne pas écrire gâteux – dès qu’un problème se pose, on s’oppose ! Rien de bien constructif ! On « emmerde » ceux qui travaillent – encore – par des grèves qui n’ont rien d’un mécontentement catégoriel – ou si peu – mais d’une défense jusqu’au-boutiste d’acquis sectoriels que l’on ne veut nullement voir changer !

On est dans le tunnel creusé depuis trente ans par tous nos politiques ! Et comme des « Shadocks », on ne pompe pas mais on continue à creuser… les déficits, à vivoter dans le marasme, à s’éclairer à la bougie ! Ah ! Vous attendez peut-être le niveau 2017 pour espérer sortir du gouffre ! Bon courage !

La nébuleuse « Bygmalion » déferle sur l’U.M.P et écrase tout sur son passage. Un cataclysme sans pareil qui détruira ses propres fondations, ses fondements quand l’audit – que j’ose supposer indépendant – rendra ses conclusions. Un « Sarkoton » de 11 millions (dont 7 millions à la charge de l’État…) n’a suffi qu’à boucher un petit trou sur les 80 millions de déficit ! Ah qu’il est facile de vivre au-dessus de ses moyens quand les militants y pourvoiront…

Le gâchis de l’argent public pour préserver une fausse paix sociale dans les entrailles d’une flotte qui prend l’eau de tout bord montre le délitement de nos politiques. La SNCM a un équipage pléthorique face à ses concurrents. La SNCM ne vit qu’avec des subventions et les subsides de l’État actionnaire. La « droite » n’a pas voulu mettre le holà à cette gabegie sans nom, par manque de courage. Que la « gauche » le fasse ! Une promesse de moins ne nuira pas au Président… Si rien n’est entrepris, ce sera encore le contribuable qui mettra la main à la poche !

Le « Sapin » et le « malaise » - pardon mélèze – qui nous parle maintenant de la bonne finance - la bienvenue - alors que « mon ennemi est la finance »… clamait le candidat Hollande ! Le chien se mord la queue !

Le retour – éventuel ou évènementiel – de Sarkozy aux affaires alimente les rumeurs journalistiques. La fête des « violettes » - sans être impériales - a mobilisé le fan-club des irréductibles de la sarkosie. Ils devaient être environ deux mille à écrire sur le grand tableau blanc : « Nico, quand reviendras-tu ? » comme dans la chanson de BARBARA… Que tout le temps perdu ne se rattrape plus ! Dans l’immédiat ce sont les affaires qui le rattrapent, à tort ou à raison… Je ne suis pas juge ! Je constate comme vous !

J’aspire, comme vous heureux vacanciers, à davantage de soleil en ces temps de grisaille !

Profitez pleinement de vos vacances, n’écoutez plus la radio, éteignez votre télé, mettez vos portables et tablettes en stand-by, ne lisez plus la « Presse », buvez – avec modération - l’apéro avec vos amis et allongé au soleil, près de flots bleus, sur la grève de sable blanc… REVEZ à l’art et la manière de sortir de ce carcan vieux de 30 ans ! Les politiques de tout bord ont été incapables de le faire ! C’est le nouveau défi !

Bonnes vacances.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article