Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Delatte JM

Deux points de vue…

J’ai repris les dires publiés dans l’édition du journal « La MARNE » de ce jour.

C’est une question cruciale qui a été posée aux deux candidats :

Comment dynamiser le commerce à Lizy ?

A vous de juger !

Version de Madame MOUSSI : « Dynamiser les commerces, c’est compliqué (je suis d’accord avec ce sentiment). La compétence « vie économique  » ne nous appartient pas. (C’est une compétence obligatoire de la communauté de communes : ACTIONS DE DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE INTERESSANT L’ENSEMBLE DE LA COMMUNAUTE ).Nous sommes en collaboration (à sa merci aussi !) avec la communauté de communes du Pays de l’Ourcq puisque c’est sa compétence.

Pour autant, nous aimerions pouvoir accompagner des personnes qui souhaitent installer un commerce de qualité. Mais il faut que ce commerce corresponde également aux attentes des Lizéens, c’est-à-dire qu’il propose des prix abordables et qu’il réponde aux besoins du quotidien. (Comment donc lutter avec la grande distribution ? Présenter des produits alimentaires en provenance de producteurs locaux relèvera de l’exploit. Un boucher, un poissonnier, un charcutier ? Qui sera assez fou pour s’installer ? Où car les locaux n’existent plus !)

Nous avons un pouvoir d’attractivité. Nous avons la chance d’avoir la fusion Meaux Marne-Ourcq qui va nous amener du monde car c’est une fusion touristique. (Attrait touristique, c'est simple Pays de MEAUX 95 %, Pays de l’OURCQ 5 %... Nous offrons la marche à pied ! Aucun aménagement des chemins de randonnées !)

Nous avons la chance que la communauté de communes ait posé la première pierre du complexe sportif d’arts martiaux et de tennis, ce qui entraînera certainement des manifestations officielles. (Faisons abstraction de la pandémie. Combien de manifestations sportives au stade d’athlétisme ?). Cela donnera donc une attractivité à la commune.

Cette attractivité permettra probablement, en tout cas je le souhaite, de donner envie à des commerçants d’installer des commerces de qualité, sans pour autant oublier ce dont les Lizéens ont besoin. (Combien de commerces resteront ouverts un dimanche de manifestation sportive ?)

Je ne vais pas mentir. (J’apprécie la franchise) Nous ne sommes pas en capacité d’installer des commerces pour la simple et bonne raison que les locaux ne nous appartiennent pas.

Par contre, il faut rendre cette ville plus attractive pour donner envie aux commerçants de s’installer. (Beaucoup ont essayé… bien avant 2018 d’ailleurs… sans succès !)

Version de Monsieur Maxence GILLE – Maire actuel

Même question : « Comment dynamiser le commerce à Lizy ? »

Depuis 2018, nous avons toujours fait notre maximum pour essayer de retrouver des repreneurs aux différents commerces et entreprises qui étaient vides. (De mémoire, il n’y avait pas de ‘pas de porte’… sauf espace Marsaux et l'ex cabinet médical DUCERF)

Cela a porté ses fruits puisqu’on a plusieurs commerces ou entreprises qui se sont installés : le primeur du centre-ville, un boucher qui va bientôt arriver (où ?), l’entreprise HP Brochage… (sans oublier l’épicerie de quartier de l’angle de la rue Magu)

À chaque fois, la mairie a accompagné et encouragé ces commerces et entreprises.

Mais il n’y a pas de recette miracle (un euphémisme ! C’est une réalité évidente !). C’est un travail de fourmi. (C’est l’année LA FONTAINE… La cigale ayant chanté tout l’été…) Pour dix personnes avec qui nous sommes en contact, il y a un projet qui aboutit.

Mais on sent que par rapport à 2018, il y a plus de commerces qui ont ouvert que fermé, malgré le covid. Cela tend vraiment à repartir de l’avant. (Prudence est mère de sureté !)

Redynamiser les commerces implique aussi d’essayer d’attirer des habitants avec un certain pouvoir d’achat qui consommeraient local pour relancer l’économie. (Je crois que l’offre d’un commerce adapté avec un développement démographique se doivent une parfaite corrélation.) D’après l’Insee, nous devrions avoir plus d’habitants, environ 700, ce qui correspond à environ 350 logements. (A-t-on réellement besoin de cet apport de population ? Faire encore le jeu des promoteurs avec des programmes qui transformeront encore l’image dégradée d’une ville dortoir ? Comment faire cette sélection de gens qui auraient du pouvoir d’achat à dépenser ici ? Et le coût des infrastructures – voiries, écoles, services municipaux… ça se chiffrera lourdement dans le budget…)

Notre objectif est d’essayer d’étendre la ville avec de nouveaux quartiers pavillonnaires (Ne pas oublier que la Communauté de communes a cette compétence optionnelle : POLITIQUE DU LOGEMENT ET DU CADRE DE VIE : Amélioration de l’habitat, Elaboration et mise en œuvre d'un Programme Local de l'Habitat) pour attirer des gens de classe moyenne ou aisée. Ces personnes auront un pouvoir d’achat et une envie de consommer local, et apporteront des ressources fiscales à la commune. (Uniquement les taxes foncières… sauf si l’EPCI collecte l’impôt…)

Je n’ai jamais eu la « langue de bois ». Je suis un « vieux lizéen » qui connait sa ville ! D’autres me feront « écho » pour m’apporter leur témoignage.

Je l’ai dit : Je ne roule pour personne ! Je tiens seulement à contribuer à la survie de la commune en relevant des aspects tantôt positifs, tantôt négatifs émis par les deux têtes de liste pour cette élection du 10 octobre prochain.

Je ne confonds pas « angélisme » et « pragmatisme » !

Il faut arrêter de se voiler la face !

Traitons de la réalité avant d’envisager le Lizy des années 2035 !

Et pour fermer – provisoirement – le ban, consultons les « visionnaires » !

Comment voyez-vous LIZY 2035 ?

Madame MOUSSI : Ma vision serait donc une ville pleine d’attractivité avec un mélange de jeunesse, de seniors, des festivités, une ville propre, qui garde un côté rural et où il fait bon vivre.

Monsieur GILLE : L’objectif, c’est une ville avec un peu plus d’habitants, un peu plus de fiscalité et de pouvoir d’achat, et donc davantage de commerces, davantage d’entreprises, davantage d’infrastructures.

Le but est d’avoir un cercle vertueux. On attire des habitants, on fait rentrer de l’argent, ce qui permet de financer des infrastructures et donc d’être de plus en plus attractif. (le schéma est plus complexe en réalité…)

J’aimerais que Lizy en 2035 soit une ville qui attire, une ville où il fait bon vivre. Que les gens qui travaillent à Paris ou en proche banlieue et qui cherchent à s’implanter dans une zone au calme avec la possibilité d’avoir une maison avec jardin, aient envie de s’installer à Lizy-sur-Ourcq.

Je n’ai rien d’un « zemourien » mais sans langue de bois et avec langue de feu, il manque un aspect au tableau : La place du communautarisme dans notre ruralité. Il ne suffit pas de faire du « boîtage », encore faut-il écouter les gens rencontrés !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article