Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Delatte JM

VERAN et son « Pantone® »

Maintenant pour le néophyte que je suis, il me va falloir apprendre un nuancier !

Dans les tons de rouge puisque c’est de cette couleur dont le Ministre fait allusion (j’ai failli écrire illusion…), j’en connais quelques-uns :

Le gros rouge qui tâche comme le breuvage maison des petits vignerons d’opérette d’antan où la moindre goutte qui s’échappe du goulot et qui tombe sur la toile cirée dessine une auréole rouge foncé tirant sur le grenat. Aujourd’hui, le vin présente des robes aux nuances complexes et variées. L’œnologue nous décrit du violet, du pourpre, du rubis, de la cerise…

Le rouge de la colère qui tire plus sur le pourpre.

Et maintenant les rouges Covid-19. Ils se déclinent en 3 nuances : Zone alerte (rouge clair), zone alerte renforcée (rouge vif), zone alerte maximale (rouge carmin)

Et après ? La cata : La zone d’urgence sanitaire Sirèneavec la cohorte garantie : Pompiers, Samu, Urgence, réanimation… Suit une alternative : rescapé(e) ou trépassé(e).

A chaque degré de rouge, du 10°,5 au 14°,5 une kyrielle d’obligations sont décrites.

Des exemples ? Un qui me choque particulièrement, la fermeture totale des bars et restaurants à MARSEILLE ! Et dire que je voulais renouer avec un passé éloigné en allant déguster la bouillabaisse du MIRAMAR la semaine prochaine ! Un vrai régal, au vieux port, dans la plus grande convivialité. Le virus aime la ville ! Il survole et plane sur le vieux port, la « Bonne Mère » n’arrive pas à le chasser de la ville malgré les nombreux cierges allumés ! Plus question de boire un « p’tit jaune » en terrasse… MARSEILLE la ville maudite ! La « Sardine » avait déjà bouché le port, la Covid sème la panique et achève la filière du tourisme, de la gastronomie ! Pourquoi ne s’attaquer qu’à cette branche ? Le virus ne serait présent que dans ces établissements ?

Arrêtons de prendre des mesures punitives et injustes ! Combattons la Covid mais définissons d’abord des modes d’actions réfléchis et non des coups de tête, des coups de com’ pour essayer de sauver la face !

Depuis le début de la pandémie, nos dirigeants, nos instituts conseils, naviguent à vue ! Ne jetez pas uniquement l’encre sur MARSEILLE. C’est le bleu de la Méditerranée, c’est le jaune du pastaga, le rouge écarlate lui sied si mal !

Je n’excuse pas l’inconscience de certain(e)s qui SNOBENT volontairement les gestes dits barrière… Mais est-ce la seule et unique méthode imposée pour éviter la propagation du virus ? Des voix se sont élevées pour envisager d’autres actions.

« Bon, Monsieur le Ministre, ON FAIT QUOI ? ON LE STOPPE ? » J’ai repris ce dialogue extrait du film « Le Professionnel » quand Josse Beaumont quitte le château…

Vos trouffions vont continuer leur masturbation intellectuelle pendant le Week-End pour vous imposer leurs visions, leurs choix ! Bien évidemment, un neurologue n’est pas un virologue et encore moins un épidémiologiste ! A chacun ses compétences !

Comme BECAUD le chantait

« Et pendant ce temps-là
La Méditerranée
Qui se trouve à deux pas
Joue avec les galets
 »…

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article