Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Delatte JM

Le brie de MEAUX à travers les âges.

Se tenait samedi 26 septembre, dans la salle du Docteur Henri CHASTAGNOL, une conférence animée par Benoît CASAERT, docteur en Histoire, avec pour thème le BRIE de MEAUX.

Ce présentateur hors pair a su nous faire voyager depuis Charlemagne jusqu’à maintenant. Le Brie a suivi ce long parcours dans le temps sans s’en trouver altérer !

Ce délicieux fromage (je lui préfère le Melun, plus costaud, plus marqué au goût) à pâte molle et croûte fleurie se déguste à toutes ses étapes de maturité : Le blanc plâtreux (je l’appelle Lafarge chez mon fromager GANOT), le mi plâtre - mi coulant, le coulant, et pour les amateurs le brie sec, noir… Pour mon goût personnel, un bon fromage (au lait cru !) accompagné d’un p’tit canon de bon vin remplace aisément un dessert ! A chacun ses préférences !  

Benoît CASAERT est incollable sur les dates… Combien de personnages illustres se sont présentés à ma mémoire : Sacré Charlemagne, Charles d’Orléans, Rabelais et Gargantua, Louis XVI, Jean de La FONTAINE (le corbeau et le renard… il tenait un brie de Coulommiers… et non de Meaux), Napoléon, Talleyrand… Ce fut au Congrès de Vienne en 1815 que ce fromage de Brie obtint la consécration de « Prince des fromages et premier des desserts » !

En 1980, il fut déclaré A.O.C (Appellation d’Origine Contrôlée) puis A.O.P (Appellation d’Origine Protégée) en 1996.

Il n’est pas UNIQUEMENT fabriqué en BRIE… Le Brie de la Meuse par exemple !

 

 

Surtout, ne faites pas l’affront à un briard en osant couper la POINTE du Brie (Meaux, Melun, Provins, Nangis…) ! Pourquoi ? Et le dernier (ou la dernière) à se servir n’aura droit qu’à la croûte ! C’est sympa !

Cette rencontre – très intéressante – fut l’occasion de déguster un petit morceau de Brie de Meaux servi avec un Bordeaux exquis par la CONFRERIE du BRIE de MEAUX.

Merci à Benoît CASAERT, à la CONFRERIE, à la commune de LIZY pour cette manifestation culturelle. Encore une fois, déplorons le manque d’enthousiasme pour ce genre de manifestation.

J’ai eu le privilège, dans la richesse de ma vie professionnelle, de suivre la gestion de la SICA de DOUE qui fabriquait le BRIE de Meaux pour l’affineur ROUZAIRE jusqu’en 1997.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article