Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Delatte JM

Et mes avions !

Vous le savez depuis longtemps, je suis un fan de l’aviation !

Je suis abonné à FLIGHTRADAR 24. Ce site me permet de suivre les vols passant à proximité de chez moi (type d’appareil, immatriculation, compagnie, provenance, destination, altitude au sol, vitesse au sol…) C’est très instructif pour démythifier les fausses allégations émises soit par des néophytes, soit par des « écolos » !

Il faut savoir que depuis le début de l’année, le trafic de Paris aéroport (Roissy CDG et Orly) est en chute libre (pas l’aéronef, heureusement…) ! Une baisse de 64,7 % est constatée avec un total de 22,2 millions de passagers seulement.

En 2019, sous ce vocable de « Paris aéroport », plus de 108 millions de passagers avaient été accueillis à Paris-Charles de Gaulle et Paris-Orly !

Les vols internationaux ont baissé de 85,5 % tout comme les vols européens qui ont baissé de 76,2 %. Guère mieux pour les vols intérieurs qui ont baissé de 55,2 % !

N’est-ce-point le crédo des « biens pensants pour la planète » qui veulent, à tout prix, mettre le transport aérien au Musée de l’Air au Bourget ou dans les hangars de Roissy, d’Orly, de Déols-Châteauroux ?

Arrêtons les phantasmes !

Oui, l’avion pollue mais à quelle échelle ? Vos fruits, vos légumes et autres produits alimentaires que vous consommez sans rechigner, sans même vous poser la question sur les moyens utilisés pour approvisionner votre grande surface ne viennent pas sur des tapis volants ! Ils arrivent dans votre assiette soit par air, soit par mer… Sans compter le nombre de camions qui circulent pour les mettre à demeure !  Alors quand j’entends les litanies sur « les champs brûlés par les rejets de kérosène » je ne me mets plus en colère, je laisse dire car de toute façon je n’y connais rien !

Oui, l’avion est bruyant mais qui oblige l’individu à habiter à proximité d’un aéroport surtout après la construction et l’extension de ROISSY ? Les pilotes, les contrôleurs aériens n’étaient pas toujours en grève lors du choix de cette future installation ! Il est vrai que lorsque l’on veut prendre un apéro dinatoire à Compans ou au Mesnil Amelot, dans l’axe des pistes 08/09 et 26/27 des doublets nord et sud, il vaut mieux attendre les grèves pour installer la table, les gobelets et les petits flacons !

Jamais les communes concernées n’auraient dû laisser s’établir des ilots nouveaux de construction neuve car il était évident que le trafic aérien ne pouvait que croître. Pour les communes comme pour les riverains, la manne ADP est loin d’être insignifiante ! Silence… On se tait et on empoche !

Je connais davantage le cas de ROISSY que celui d’ORLY. Je suis dans la trajectoire de la phase de descente dans la configuration Ouest.

Si sur un plan purement écologique cette situation provoquée par l’activité du virus peut sembler « bonne pour la planète », des conséquences, très importantes, sont à prévoir sur le plan économique.

La baisse drastique de l’activité aura des répercussions sérieuses sur l’emploi.

La plateforme Roissy Charles de Gaulle emploie environ 100 000 personnes, dont une majorité viennent des départements limitrophes : la Seine-et-Marne, la Seine-Saint-Denis et l’Oise.

Chez certains intervenants comme SERVAIR (filiale du groupe AIR France – spécialiste en restauration aérienne et du nettoyage des cabines), qui emploie 5 000 de ses 6 000 salariés sur la plateforme de Roissy, la direction aurait communiqué autour d’un plan d’économies évalué à 1 800 postes.

La faible activité des vols internationaux nous prive d’un grand nombre de touristes étrangers. Ils étaient 90 millions en 2019 à fréquenter notre pays. Les conséquences sont immédiates sur notre économie et celle des prestataires du tourisme (hôtels, bars, restaurants, spectacles vivants, visites monuments…) Il est vrai que les « mesures » utilisées pour enrayer la pandémie n’ont pas été la panacée : absence de masques, tests inexistants dès le début, confinement généralisé… Aujourd’hui, des tests sont pratiqués à en veux-tu, en voilà… Les résultats des tests PCR sont beaucoup trop longs à obtenir. Le positif, porteur du virus, peut, pendant ce lapse de temps contaminer son entourage ! A quand le test salivaire ? Aussi efficace mais beaucoup plus rapide !

Le secteur aéronautique a fait bien des progrès : motorisation moins énergivore, moins polluante, moins bruyante ; modifications des pentes de descente… Il y a encore des avancées techniques à paraitre mais le moyen porteur « tout électrique » ce ne sera pas pour demain !

Oui, l’avion tant décrié continuera à voler. Il rapproche les peuples, il raccourcit les distances,

Ainsi, un Airbus A320 neo de 150 places, utilisé pour les vols régionaux (autour de 1000 km, soit environ la distance d’un vol Lille Marseille), consomme environ 2.25 l de kérosène par 100 km et par passager. Un Airbus A220 de 135 places utilisé pour des vols de moins de 2000 km consommera environ 1.8 L de kérosène par 100 km et par passager. Et un long courrier sera autour de 2.4 L de kérosène (type Airbus A330) jusqu’à 3.5 L (Type Airbus A380) par 100 km et par passager.

Le virus, lui, vole sans kérosène, se déplace rapidement, n’a pas de terrain privilégié pour atterrir mais il nous vole bon nombre de vies !

Il est l’ennemi public n°1 qui coûte à l’Etat, au peuple, des milliards €.

AVANT de se donner meilleure conscience en choisissant le vert et contre tous, agissons pour sauvegarder les emplois en luttant davantage contre le covid 19.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article