Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Delatte JM

La Légion d’Honneur… Une institution qui se délite dans l’opinion publique !

Elle est la plus élevée des distinctions nationales françaises !

La promotion civile de la Légion d’honneur du 1er janvier 2020 rassemble :

487 personnes « réparties entre 395 chevaliers, 73 officiers, 13 commandeurs, 4 grands officiers et 2 Grand’Croix », a indiqué la Grande chancellerie de la légion d’honneur dans son communiqué.

Il ne s’agit plus d’un fait de guerre mais d’actes civils que des « entremetteurs » placent chaque année dans les petits papiers des gouvernants. Elle récompense des personnalités publiques civiles pour leurs mérites au service de la Nation.

J’ai en mémoire pour l’avoir commenté la remise de la Légion d’Honneur, au grade Commandeur, le sergent-chef Claude EMILIAN pour son parcours militaire. Il est vrai, c’était un militaire qui avait pour mission de défendre les couleurs de notre drapeau sur le théâtre des opérations extérieures.

Aujourd’hui, dans cette « promotion », on distingue parmi les personnalités du monde économique, Serge Weinberg (fondateur de Weinberg Capital et président de Sanofi) qui accède au grade de commandeur.

Sont également nommés chevalier : Bertrand CAMUS, directeur général du groupe Suez, Karima SILVENT, DRH du groupe AXA, Virginie BASSELOT, cheffe-cuisinière restaurant CHANTECLER de l’hôtel NEGESCO à NICE

Celle qui fait tousser bien du monde : La nomination de Jean-François CIRELLI au grade d’officier sur le contingent du Premier Ministre. Ce récipiendaire a été l’ancien dirigeant de GDF-SUEZ, puis d’ENGIE, et est l’actuel président de la branche française du plus important gestionnaire d’actifs du monde (BlackRock) qui gère l’équivalent de 6 300 milliards d’euros et finance une multitude de fonds de pension sur toute la planète.

Implantée en France depuis 2006, l'entreprise se targue sur son site de gérer un pactole de «27,4 milliards d’euros pour le compte de compagnies d’assurance, de caisses de retraite, d’institutions officielles, d’entreprises, de banques traditionnelles et digitales, ainsi que de fonds de dotation ».

 

Cette promotion est très hétéroclite… Mais où sont les « mérites » ? La prise de risques pour les gens de la finance ? La prise de risque pour un plat difficile à monter ?

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article