Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Delatte JM

La palme d’or de l’huile…

L’huile de palme dans nos assiettes, dans notre réservoir ! Et après ?

« Ils » nous rabâchent les oreilles tous ces nutritionnistes en nous demandant d’éviter d’acheter des produits contenant de la palme (ou de ses dérivés). C’est, aux dires de ces spécialistes une des causes possibles de certaines maladies cardio-vasculaires surtout lorsque vous consommez – sans le savoir – l’huile de palme caché dont l’usage est remplacé par « huile végétale »… L’agro-alimentaire en abuse, et TOTAL en use !

On s’est fait « niquer » gueule à corps et à cris les verts. Un gouvernement qui s’est fait une devise : « Œuvrer pour la planète »… C’est bizarre cette attitude ! Pourquoi ?

L'affaire s'est jouée en quelques secondes, sans discussion. En plein examen du budget 2020, les députés ont voté, jeudi, un report à 2026 de l'effacement de l'huile de palme de la liste des biocarburants. Une décision très critiquée par les « écolos », qui dénoncent la déforestation provoquée par la production de cette huile.

La firme pétrolière « TOTAL » pensait bien, en sa qualité de lobbyiste patenté, sabler le champagne grand millésime pour fêter cette aubaine qui permettait à ses dirigeants d’engranger un « avantage fiscal » de l’ordre de 70 millions par an

Cependant, il faut rappeler que l’an dernier, l’Assemblée nationale avait adopté de justesse l’exclusion de l’huile de palme des biocarburants dès le 1er janvier 2020, actant ainsi la fin d’un avantage fiscal estimé entre 70 et 80 millions d’euros par an pour le groupe.

Après ce premier vote, le groupe pétrolier avait tenté un recours, mais le Conseil constitutionnel avait entériné la décision le 11 octobre dernier, reconnaissant alors les effets directs de la culture de l’huile de palme sur la déforestation, mais également des effets indirects liés à la conversion de cultures agricoles pour la production d’agrocarburants.

Face à un tel « pata…caisse », le Premier ministre va demander aux députés un second vote ce jour.

Dans la foulée, la Commission des finances a annoncé qu'il y aurait bien une seconde délibération.

Alors Mesdames et Messieurs, prenez vos responsabilités ! Débattez et ne vous contentez pas d’appuyer sur le bouton vert car, contrairement à ce que vous pensez, vos électeurs s’en souviendront et appuieront sur le bouton rouge pour vous mettre « hors-jeu » !

Voici l’objet du coup de « J’arnaque »…

L'amendement, qui avait reçu un avis favorable du gouvernement et défavorable du rapporteur général Joël Giraud (LREM), n'a pas été défendu au micro en séance et n'a pas fait l'objet du moindre débat. Il va se faire copieusement engueuler le Sieur (Pas le représentant d’une marque d’huile…) par le chef !

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article