Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Delatte JM

Des abus non sanctionnés ou si peu !

La macronie semble découvrir aujourd’hui les errances d’EDF, à croire qu’elle n’était pas au courant… Un comble à combler car le trou béant est le second tonneau des Danaïdes de l’état.

Le scandale de l’EPR (générateur nucléaire de « dernière » génération) de FLAMANVILLE ameute le gouvernement qui incite EDF à prendre des mesures drastiques pour enrayer le fiasco déjà enregistré actuellement !

L’histoire se résume à quelques dates et faits hautement significatifs :

2006, on dévoile le projet EPR. Le chantier est « estimé » à 3 milliards € et devrait durer 4 ans…

2007, début des travaux…

Avril 2008, des fissures apparaissent lors de la coulée d’un bloc de béton sur l’ilot nucléaire…

Novembre 2009, détection de failles du système du contrôle du réacteur…

Mars 2015, l’exemple vient d’en haut ! Plusieurs filiales de BOUYGUES TP travaillent au noir… Contrôles administratifs ? C’est BOUYGUES !

Avril 2015, la composition de l’acier du bouclier et du fond de cuve n’est pas conforme…

Juin 2015, Défaut de fonctionnement des soupapes de sécurité…

Mai 2018, Des pièces NON CONFORMES ont été livrées… FALSIFICATIONS de dossiers…

Avril 2018, graves problèmes de soudure…

Avril 2019, toujours de graves problèmes de soudure…

Et nous voici en 2019 avec une enveloppe de dépenses de 12,4 milliards € (4 fois les prévisions de 2006… En 13 ans de temps…) et une mise en service prévisionnelle en 2022 !

Et qui paye tous ces errements ? VOUS et MOI !

Je rigole – jaune – quand EDF m’annonce que ma consommation s’est accrue…          La note finale en € a augmenté, c’est plus que vrai, mais ma consommation a été moindre… Alors pourquoi ? Très simple l’explication (partielle) à fournir : Les tarifs ont été revus à la HAUSSE ! Les taxes sont SURTAXEES ! Nous finançons les « énergies nouvelles »… ET nous payons les pots cassés de la gestion catastrophique de l’EPR : Que de travaux « dits supplémentaires » ont été accordés pour compenser des fautes professionnelles qui n’ont même pas été relevées… On ne sanctionne pas les caïds du BTP : « Vous me chatouillez… Je vire » !

Tous ces abus, condamnons les !

Encore une fois, l’exemplarité tant vantée n’est pas de mise !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article