Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Delatte JM

Dans quelle ville vivons-nous ?

Avant de se lancer dans l’aventure d’un « agenda 21 local », je vais commencer par des « lettres » avant de vous bassiner avec des chiffres qui, pour certains, sont totalement superflus. Ce n’est pas la nostalgie de l’expertise comptable qui prendrait le dessus, mais simplement APPRENDRE à mieux CONNAITRE les contours de notre quotidien, là où nous vivons. Je ne redécouvre pas LIZY ! J’y suis né ! Mais je cherche à analyser le pourquoi de cette dégringolade ! Et quels seraient les atouts dont nous disposerions. La curiosité avant tout !

 

Un premier constat que tout le monde peut faire : Lizy n’est plus chef-lieu de CANTON en matière administrative. Cependant cette « image cantonale » demeure par son adhésion à la Communauté de communes du Pays de l’Ourcq qui siège officiellement sur le territoire de la commune d’Ocquerre mais qui dans les esprits est assimilée à Lizy ! Eh oui ! L’avenue de la gare en remontant vers la gare depuis le pont vert de l’Ourcq est sur la commune d’Ocquerre !

 

Lizy s’est métamorphosé à partir des années 80 où une profonde mutation s’est opérée en matière de commerce de proximité et de mode de vie. Petit à petit les commerces dits de « bouche » ont disparu soit par pur volonté de prendre une retraite bien méritée (en vendant les murs et l’appartement du local), soit par faute de repreneur ! Sans commerce de bouche, la survie des autres était en péril ! Point de commerce, point d’attraction !

Les commerces dits succursalistes du centre-ville ont laissé la place à l’externalisation et l’ouverture d’une grande surface. Voici la première « explication » du déclin du commerce lizéen. Je pense que toutes et tous avons concouru (j’appartiens, hélas, à cette catégorie) à la descente « aux enfers » du centre-bourg d’antan ! Si une grande surface ne s’était implantée à LIZY, nous serions allés dans les zones nouvelles d’achalandage que représentent MEAUX et CLAYE-SOUILLY ! Ne nous mentons pas

 

Lizy, devenu « cité dortoir » héberge pourtant une population relativement jeune :

En prenant comme base la population INSEE retenue de 2016 soit 3.597 habitants, 2.849 sont dans la tranche d’âge de 0 à 59 ans et 748 sont dans celle des 60 ans et plus.

 

Le nombre de logements en 2016 était de 1.622 qui se répartissent en :

 

-        Résidences principales : 1.470

-        Résidences secondaires ou logements occasionnels : 19

-        Logements vacants : 133

 

 

Sur les 1.470 résidences PRINCIPALES :

 

-        Propriétaires : 527

-        Locataires : 899 (dont 513 logements HLM)

 

Lizy et l’emploi enregistrent des catégories socio-professionnelles assez diverses en 2016 :

 

  • Professions agricoles et assimilées : 15
  • Artisans, commerçants, chefs d’entreprise : 71
  • Professions intermédiaires : 326
  • Cadres et professions intellectuelles supérieures : 71
  • Employés : 631
  • Ouvriers : 499

 

Source : Données INSEE 2011, 2016, et exploitations complémentaires au 01/01/2019 – population active de 15 à 64 ans.

 

1.302 actifs travaillent dans les secteurs :

 

  • Agriculture : 15 (24 en 2011)
  • Industrie : 308 (315 en 2011)
  • Construction : 103 (83 en 2011)
  • Commerce, transports, services divers : 477 (597 en 2011)
  • Administration publique, santé, enseignement, action sociale : 398 (531 en 2011)

 

Source : Données INSEE 2011, 2016, et exploitations complémentaires au 01/01/2019

  •  

En 2016, sur 1.320 emplois analysés (actifs de 15 ans et plus ayant un emploi qui résident dans la zone) :

 

  • 287 travaillent dans la commune de résidence
  • 1033 dans une commune autre que la commune de résidence.

 

Ce paramètre est IMPORTANT au sens de l’adéquation des modes de transport à mettre en place ! Il est à noter que 64 % des déplacements se font en voiture, camion, ou fourgonnette. Les transports en commun représentent 22 % des moyens de transports utilisés.

 

La population ACTIVE, EMPLOI et CHOMAGE (au sens du recensement de 2016) de LIZY de 15 à 64 ans :

 

A – Actifs en % : 75.9 %

  • Ayant un emploi : 59.9 %
  • Chômeurs : 16,1 %

 

B – Inactifs en % : 24.1 %

  • Elèves, étudiants, stagiaires : 8.3 %
  • Retraités ou préretraités : 4.6 %
  • Autres inactifs : 11.2 %

 

Source : Données INSEE 2011, 2016, et exploitations complémentaires au 01/01/2019

 

Lizy et ses ménages fiscaux (hors communautés et sans abris) :

 

  • Nombre de ménages fiscaux : 1.442
  • Part des ménages fiscaux IMPOSES en % : 41.6 % (soit environ 600 assujettis au paiement de l’impôt !)

 

Source : INSEE – CNAF – CNAV – CMSA – Fichier localisé social et fiscal (FILoSoFi) en géographie au 01/01/2019

 

Ce paramètre nous montre une certaine « pauvreté » en matière de ressource budgétaire.

 

La suppression progressive de la TAXE d’HABITATION influera sur le montant des recettes de la commune. Compensation par l’Etat à l’euro près… J’en doute !

 

Un point CAPITAL à connaître : Depuis le 01.01.2016, la CFE (Contribution Foncière des Entreprises), la CAVA (Contribution à la Valeur Ajoutée) ne sont plus collectées par la commune. Ces ressources sont collectées par la COMMUNAUTE de COMMUNES du PAYS de l’OURCQ qui reverse en péréquation une certaine somme au budget de la ville.

 

Un constat sur les montants successifs de la Dotation Globale de Fonctionnement allouée par les services de l’Etat.

 

  • 2013 : 756.929 €
  • 2014 : 729.445 € soit – 27.484
  • 2015 : 681.377 € soit – 48.068
  • 2016 : 492.477 € soit – 188.900
  • 2017 : 460.588 € soit – 31.889
  • 2018 : 470.684 € soit + 10.096
  • 2019 : 471.365 € soit + 685

 

En 6 ans, la Dotation Globale de Fonctionnement versée par l’Etat a baissé de 285.564 € !

Cependant, il n’est pas exact de dire (CR avril 2019) que le montant de la DGF est en légère baisse (2019 par rapport à 2018 = + 685 ! Une misère…)

 

Le tableau est brossé : La décadence du commerce de centre-ville, l’habitat où le logement « social » est prépondérant, la très faible industrialisation de la cité, le petit intérêt touristique (son Eglise et son cimetière…), le manque d’hébergement local (excepté les « maisons d’hôtes » privées à l’extérieur de nos murs), le panel de restauration succinct (hormis les bords de Marne), les faibles ressources budgétaires… Et pourtant, tout n’est peut-être pas si noir ! Lizy est un point de départ pour les randonnées...

 

Pour « l’agenda 21 lizéen », il va falloir rechercher les ATOUTS et les FAIBLESSES de notre ville.

 

Je pense que cette analyse portant sur LIZY pourra ouvrir des horizons !

 

Allez, à vos crayons… 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article