Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Delatte JM

Gourdon - LOT - vue d'ensemble

Gourdon - LOT - vue d'ensemble

Ne dit-on pas que l’occasion fait le larron… Eh bien c’est ce qui s’est passé pour une joie partagée : Fêter deux anniversaires ensemble alors qu’il y a quelques années, la Marne nous séparait en deux rives, celle de la gauche et celle de la droite ! La rivière continue à côtoyer les deux berges mais une confluence s’est opérée !

 

Aujourd’hui, et sans avoir renié et renoncé à nos convictions, nous eûmes l’immense plaisir de célébrer, en Périgord, ni pourpre, ni vert, ni blanc mais noir (ce n’est pas notre faute, c’est la région qui a cette dénomination… Celle de Sarlat !) l’anniversaire de Christian et d’Hélène, un 22 juillet ! Le gîte étape s’est fixé à GOURDON du Quercy (Lot), dans la maison de l’hospitalité véritable, celle de Christian (et de son épouse !)

 

La découverte de GOURDON a été magique. Un tour de ville – comme ils disent – et vous voici sur un mail bordé de platanes et de multiples terrasses aussi accueillantes les unes que les autres. De plus, c’était le jour du marché où une foule de petits producteurs viennent vous vendre les produits[jmd1]  de leurs exploitations. On y trouve une multitude de légumes (des tomates de pleine terre, mûries sur pied et pas dans les chambres froides, rouges à vous faire rougir…), des fraises (spécialité du Lot), des melons qui ne sont pas d’Espagne (type charentais), des fromages locaux (Cabécou, Rocamadour… et chèvre fermier garanti), des produits de charcuteries artisanales (porcs élevés à la ferme) à des prix époustouflants et les sacro-saints produits du terroir : Huile de noix (la véritable !) et tout ce qui relève du canard (confit, foie gras, magret…).

Le plus de ce type de marché est la convivialité où la connivence s’opère dès les premiers mots prononcés ! Des commerçants souriants… Heureux de pratiquer cette activité tout en respectant une échelle de prix qui doit faire bondir la grande distribution !

Dîner champêtre à la table d’hôte où légumes, cochonnailles, fromages, fruits abondent… Les dérivés du Canard, aussi bons furent-ils n’ont pas été invités à table !

La chaleur est encore supportable.

 

 

 

Visite programmée du site du château de Costeraste à GOURDON qui est un bâtiment édifié entre 1218 et 1241. Il est propriété privée.

 

 

 

 

 

 

 

Promenade dans les rues en passant devant l’église ST PIERRE , un joyau intérieur avec sa rosace (représentation du jugement dernier), ses fonts baptismaux, et son antependium de l’autel.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Accès au belvédère où la vue est imprenable.

 

 

 

Descente et flâneries dans la rue MAJOU et de sa célèbre porte.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Et enfin, choix d’une terrasse pour s’y désaltérer et casser une petite croûte ! Super soirée.

 

La promenade dominicale s’effectue en « famille » ! Il n’y a pas que le lien de parenté qui permet de parler de famille ! Je dirai que nous appartiendrons à une famille recomposée ! Le premier arrêt est le petit marché campagnard des producteurs de FAJOLES qui fête ses 20 ans ! Bravo à Monsieur le Maire et à l’équipe municipale pour oser braver la grande surface ! Encore des gens merveilleux où la plaisanterie est de mise ! L’occasion de boire une « sangria » ! Quelques emplettes en charcuteries du cru, en tomates, en melon.

 

 

 

 

 

La petite église romane y est remarquable. Très grande simplicité, peu de dorures, un sol dallé admirable, un portail superbe !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Midi, retour déjeuner en grande famille avec les enfants de Christian et de son épouse au havre de paix. Ensuite… Repos « obligatoire »… La chaleur s’installe !

 

Départ pour le plan d’eau « d’écoute s’il pleut » ! Le nom retenu pour ce plan d’eau ne peut que me faire marrer ! Chaleur caniculaire sans une once de pluie ! Je n’entends pas toujours très bien mais les gouttes d’eau je les ressens ! Et nous assistons au départ du canoë avec à son bord une adorable petite fille ! Parcours en solo ! La première ! Les jeunes restent à se baigner !

 

 

 

Les plus âgés quittent les rives pour visiter les bords de la Dordogne. En route pour les bords de la « rivière espérance »… !

 

Arrêt près de VITRAC au château de MONTFORTpropriété privée non visitable – qui domine le « cingle » de la rivière (boucle presque parfaite de la Dordogne) et déambulation dans les rues calmes du lieu. Une petite pause « boissons fraîches » à la terrasse d’une superbe auberge.

 

 

 

 

 

 

Nous arrivons à proximité de DOMME à CENAC (sauf erreur) ! Que de canoës sur la berge à attendre le courageux ! L’aventure m’aurait bien tenté mais… le respect est important ! Donc une petite trempette des petits petons dans une eau claire et chaude ! Remettre les asperges en botte après le bain de pieds… Un exploit !

 

 

 

 

Retour tranquille vers la maison. Dîner sympa !

 

Lundi matin, après un « petit dej » campagnard, en route pour les grottes de Lacave. Une attente raisonnable avant d’emprunter le petit train électrique qui nous conduira vers les entrailles de la terre et de ses merveilles de la nature conservées depuis des siècles.

 

 

 

 

Une heure trente de visite et un parcours dans les dédales de près de 1 km 5 où la salle des merveilles vous offre un superbe spectacle pour les yeux ! Température idéale de 14° quand dehors il en fait 30 ! Choc thermique garanti au retour. C’est l’heure de l’apéro… Choix d’une petite auberge avec terrasse pour déjeuner. Serveuse et serveur très souriants. L’humour est de rigueur comme la bonne humeur !

Pas de fantaisie car c’est ce soir la célébration des anniversaires !

Retour tranquille vers la maison.

 

Apéritif dînatoire avec des amis de Christian et Madame. Les souvenirs de campagne fusent… Et puis, c’est l’instant magique… Il/elle soufflent allègrement les bougies ! Des bougies et non des cierges !

 

NOTA IMPORTANT : Les photos de ce double anniversaire demeurent du domaine privé ! 

 

Mardi, c’est quartier libre ! Hélène et moi décidons de visiter les grottes préhistoriques de COUGNAC. Deux salles sont à visiter. La première est composée d’une multitude de stalactites, de stalagmites, de draperies ! Une merveille de la nature et ses concrétions. Grotte très peu humide mais fraîche (13°) ! La seconde, après un parcours de 300 m s’ouvre sur une découverte paléolithique supérieur (30.000 ans !) qui renferme des « dessins » de bouquetins, de cervidés, de mammouths… Le Cro-Magnon y a laissé ses empreintes !

 

 

 

 

En route vers… l’inconnu car pas de programme tout fait ! Découverte inattendue de CARLUX et de sa gare qui abrite le musée DOISNEAU.

 

 

Un de mes photographes préférés. L’homme de la photo humaniste, du noir et blanc, l’homme du 6 * 6, puis du 24 * 36 avec le NIKON F (qui fut mon premier reflex) et le LEICA ! Un restaurant sympa jouxte l’exposition et le syndicat d’initiative.

 

Départ vers les bords de la Dordogne et découverte de BEYNAC, son village typique, ses ruelles médiévales, son château, son embarcadère pour une navigation en « gabarre ».

 

Le château est impressionnant. Une véritable sentinelle de pierres surplombant à plus de 150 m la rivière. Il était la plateforme des français pendant la guerre de « 100 ans ». Sans le savoir, ce château vous l’avez vu si, au cinéma, vous avez regardé « le capitan », « la fille de d’Artagnan » avec Sophie Marceau, « Les visiteurs 2 », « Jeanne d’Arc » de Luc BESSON et « Fanfan la tulipe »… Un guide hyper féru d’histoire vous fait revivre les péripéties de ce site grandiose.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Du haut de la terrasse du château, j’avais vu une « gabarre », - gabarre moderne alimentée par des moteurs électriques - ce fameux bateau à fond plat qui naviguait sur la Dordogne chargé de bois pour Bordeaux et de sel et de vin à la remontée… Que de dos cassés par ces hommes qui tiraient l’embarcation vers l’amont avant d’être tractée par des bœufs. Et puis cette évocation du téléfilm de Josée DAYAN (1995) « La rivière Espérance » ! Les commentaires de la guide étaient très intéressants.

 

 

 

 

Retour, en fin d’après-midi, au logis pour un dîner sympa.

 

Mercredi, c’est la séparation ! Nous retournons dans la Brie mais bien décidés à prendre le chemin des écoliers. Une visite : le Château de FENELON » mais pas ouvert à 10 h !

 

 

Et nous musardons allègrement sur des petites routes sinueuses bordées de noyers et de châtaigniers ! C’est l’économie de la Dordogne - celle de la Corrèze également - hormis le tourisme. Beaucoup d’arrêts pour des photos qui serviront de modèle à l’artiste peintre !

 

 

Et nous voici à COLLONGES la ROUGE, en Corrèze ! Le grès rouge est le matériau de construction. C’est la cité aux vingt cinq tours et tourelles. La beauté des pierres, des constructions, sont remarquables. Une « ombre » cependant, l’exploitation touristique (700.000 visiteurs/an) en multiples échoppes (plus d’une centaine…) ! Comme beaucoup de villages à vocation touristique développée (ROCAMADOUR, LA COUVERTOIRADE…par exemple) le « flot » important de touriste génère certainement des ressources mais aussi des inconvénients… Ne transformez pas vos villages si typiques en galerie marchande genre Disneyland !

 

 

 

 

Remontée tranquille vers la Brie à travers le Berry, le Pays de Loire, et arrêt dînatoire obligé à BRIARE. Petite auberge avec hôtel au bord du Canal et à quelques mètres du PONT de BRIARE qui enjambe la Loire. C’était notre refuge après le spectacle pyromélodique de ROGNY les 7 écluses. C’était en travaillant à la restauration des œuvres de DESVERGNES à BELLEGARDE du LOIRET en 2003 que nous découvrîmes l’existence de cette féerie. Cette année sera une exception, je m’y suis pris trop tard pour la résa à ROGNY !

 

Et voici la fin d’un périple au cœur de l’Amitié, du Lot et de la Dordogne…

 

Encore mille merci à vous pour tous ces instants vécus ensemble dans la plus grande simplicité.

 


 [jmd1]

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article