Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Delatte JM

Les misérables façon 21ème siècle !

Je me souviens autant du récit de Victor HUGO (lu et relu maintes fois), autant du film de Jean Paul Le CHANOIS avec notre GABIN national, que de la comédie musicale de Claude-Michel Schönberg et Alain Boublil, dans une mise en scène remarquable de R. HOSSEIN en septembre 1980 ! J’étais un fidèle du Palais des Sports !

 

Mais pourquoi donc la chanson de FANTINE me vient-elle à l’esprit aujourd’hui ? En voici l’extrait qui trotte dans ma tête :

 

« La misère n'est mère de personne
Elle enfante l'horreur au cœur des hommes
Les ténèbres qui recouvrent la terre. »

 

Toutes ces violences, tant physiques que morales (l’orage est fréquent non la rage exulte sur les plateaux de télé ! Le débat avec ébats mais sans effusions, vous le voulez « sucré » ? Il vous est servi « salé et épicé » !) me font repenser à cette période si bien décrite et écrite par Victor HUGO en 1862, il y a 156 ans ! Rien n’a changé ! J’ai tout revu ! Bien des personnages hugoliens sont présents : Jean VALJEAN pourrait ressembler à un gilet jaune ordinaire… JAVERT pourrait être CASTANER… Et pour les THENARDIER ? Une bonne partie de la lignée des députés LaREM ! Tous les ingrédients sont réunis pour faire chanceler le Chantecler de la Haute Cour qui devra s’arrêter de monter sur ses ergots pour calmer la basse-cour ! Il devra encore davantage y laisser des plumes…

 

Aujourd’hui, Chanteclerc a la voix éraillée. Il s’est vu contraindre par le gallinacé suprême de volaille de remettre du grain à moudre dans la gamelle de la bassecour mais surtout pas de blé !

Il fallait calmer des esprits échauffés par tous les atermoiements d’une classe politique qui jure en mai de ne suivre que le programme et qui se parjure quelques temps plus tard !

 

Je suis devenu circonspect sur la nature du combat des G.J où les surenchères médiatiques font peser un climat de défiance sur les prétendants au titre de « messager ». Il ne faudrait pas que le porte-parole, le messager, ne devienne le passager de la pluie !

La structure, le fondement, sont les absents de ce mouvement qui se veut citoyen. Déjà des dissensions se font sur les priorités des revendications à soutenir.

Peut-on exiger d’un gouvernement, en un laps de temps aussi court, la résolution de tous les problèmes sociétaux qu’aucun politique n’a vu venir depuis des années ? Soyons sérieux ! C’est impossible à moins d’être menteur né et non mentor !

 

Je regarde les plateaux télé assez tardivement sans être obligé de grappiller dans le plateau du même nom ! Les « débats » manquent d’objectivité surtout quand la république en roue libre, pour ne pas dire en marche arrière envoie ses fantassins au combat d’idées. Le replay de l’émission de Sonia MABROUK dans « Les voix de l’info » du 03 décembre semble avoir occulté les propos hyper réalistes d’un général de Gendarmerie mis à la retraite anticipée et voisin de gauche du ressuscité Jean LASSALLE ! Il est vrai que « cet ex » avait une autre vision de l’action à mener face aux casseurs de tout bord. « On ne reste pas les bras ballants quand l’agression s’opère à quelques mètres ! » C’est la doctrine de la plupart des Ministres de l’Intérieur qui ne veulent ni blessé, ni décédé, depuis des années.

 

Il est acquis que la misère gagne du terrain. D’année en année, le cercle des exclus s’agrandit à grand cri. COLUCHE, ton œuvre se poursuit encore ! C’était en 1985 et pour un an ! 33 ans après, ils perdurent ! Alors ils colmatent, ils essayent le baume miracle et toutes les pommades magiques censées guérir toutes les plaies. Les politiques courent « au cul » des G.J qui d’emblée refuse toute forme de récupération.

 

Mais les G.J, seront-ils aussi inventifs, créatifs quand ils devront porter et défendre les idées des citoyens ? Je n’ai pas de réponse car je ne les ai entrevus que sur les plateaux télé ou lors de « direct ». Qui sont les têtes pensantes, les animateurs, de cette formation en gestation !

Surtout pas celle de l’éléphant !

 

Attention : Un éléphant ça trompe, ça trompe… Un éléphant ça trompe énormément !

 

Fallait-il attendre et supporter tant de violences pour lâcher un peu de lest… 2 milliards au bas mot pour des milliards de maux !

 

La question est posée.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article