Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Delatte JM

Une inauguration pas comme les autres !

 

 

Hélène est à la peinture ce que j’essaie d’être à l’écriture au-travers de ce blog. Quand, celui que je surnomme, avec respect, le « Lucky Luke » de Tancrou, très reconnaissable en toute circonstance et occasion, avec son chapeau de cowboy et son étoile de shérif, nous a fait part de son intention de baptiser cette superbe salle affectée au RPI, espace Nicole BRICQ, Hélène et moi nous sommes concertés pour offrir à la municipalité de Tancrou, un portrait de celle qui avait tant œuvré  pour la ruralité et plus spécialement Tancrou.

Pourquoi Tancrou, pourquoi Christian Tronche, pourquoi Madame BRICQ ?

 

Je suis un lizéen pur jus, pur briard, alors pourquoi ce village, pourquoi Christian TRONCHE ? Je ne vais pas payer de droit d’auteur à qui vous savez mais j’ai aussi une itinérance tant factuelle que mémorielle ! Il faut faire un come-back de plusieurs années et revenir à 1981 ! A cette époque, j’étais maître artisan tapissier (spécialiste en collage et décollage d’affiches) et peintre (spécialiste en bombe couleur) de la firme CHIRAC ! Je connaissais, bien sûr, les retors de la maison d’en face. Nous (car nous étions une équipe de compagnons) n’eûmes aucun souci avec l’équipe TRONCHE ! D’un commun accord, eux collaient à gauche et nous à droite ! Pure logique ! Mais, hélas, ce consensus vola en éclat ! C’était sans avoir compté sur la horde sauvage d’un sous-préfet aux champs ! Ce ne fut pas une guerre de retranchés mais de mouvements ! Que de courses poursuites folles sur nos chemins de campagne ! Jef pourrait en témoigner !  

Les années passèrent et je m’étais dit que le sieur Christian était un homme d’une droiture extrême (chapeau pour un homme de gauche !) donc très respectable et fréquentable même si nous ne sommes pas de la même chapelle ! L’ex-godillot que je fus n’est pas un défroqué ! J’ai longuement réfléchi, j’ai mûri et j’ai surtout appris l’écoute de l’autre et la tolérance ! C’est ainsi que nous sommes devenus amis tout en prenant soin de ne pas vouloir essayer de convaincre l’autre lors de nos discussions ouvertes ! Le respect mutuel étant la base du dialogue ! Christian a su frapper aux bonnes portes (ni des banques, ni des établissements financiers !) pour obtenir les concours nécessaires aux nombreuses réalisations effectuées. N’oubliez pas que le premier des « tancrétiens » ne pouvait se soustraire à la restauration de l’église du village à moins de prendre un billet aller simple pour l’enfer ! Boutade, Monsieur le Maire ! C’est un homme de cœur qui sait se placer au service des autres tout comme le faisait Madame BRICQ !

 

Voici donc l’itinérance factuelle expliquée.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Et le mémoriel ? 

 

Madame BRICQ, je l’ai découverte en 1997 lors des élections législatives de la 6ème circonscription de Seine et Marne. Elle débarquait en « charentaise » sur les terres de Brie, dans le fief du JFK meldois, maire de Meaux depuis 1995 et candidat également. Une triangulaire les opposait à M.C ARNAUTU (FN). Madame BRICQ fut élue. Je dois avouer que le militantisme aveugle, je l’avais abandonné excepté quelques séances de décollage d’affiches ! Bien avant l’heure, je tirais déjà le portrait de Madame BRICQ.

Et les années passèrent. Lors des séquences traditionnelles de vœux, à MARY sur MARNE en particulier ou lors des inaugurations dans notre ruralité de lieux publics, il m’était devenu agréable d’échanger quelques paroles avec cette femme de grande conviction qui avait su mettre son énergie et son charisme au service de l’intérêt général ! Le carriérisme politicien n’était pas sa tasse de thé. Ne jamais oublier que l’on est là pour servir les autres !

 

Voici donc les raisons de mon itinérance et notre présence chez les tancrétiennes et tancrétiens lors de cette inauguration du nouveau bâtiment abritant le RPI, l’espace Nicole BRICQ. Une réussite architecturale !

 

A cette occasion, nous nous devions d’offrir ce plaisir – partagé - de l’image ressuscitée à Christian, à son épouse et à l’ensemble des gens de cette commune où le « bon vivre ici » semble être de rigueur !

 

Un grand merci à Jef, à Bernadette, à Pierre, à Martine, à Yves, à Monsieur J.P Planchou, aux Francis et à vous toutes et tous, connus ou inconnus, qui avaient félicité et remercié Hélène pour ce portrait vivant.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article