Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Delatte JM

La guerre des fromages !

Dans « le Parisien », un brillant article était consacré à notre BRIE de MEAUX élaboré, affiné de A à Z par la ferme du Domaine des 30 Arpents. Je vous laisse découvrir l’article !

Après l’erreur reconnue assez rapidement d’un étiquetage violant l’AOP d’un Brie de MEAUX d’origine espagnole par MONOPRIX, il serait bon de se pencher sérieusement sur ce critère d’Appellation d’Origine Protégée (AOP en abrégé). Pourquoi me direz-vous ?

Le monde des fromages de France subit une attaque massive de la part de la puissante Industrie Agro-alimentaire laitière. De plus en plus, notre si beau plateau de fromages, fleuron de nos contrées, d’un savoir-faire ancestral, se trouve garni de « produits laitiers fabriquésje ne dis pas élaboré ! - au lait pasteurisé, thermisé issu de pisseuses de lait (comme la Prim’ Holstein…) » La guerre a commencé contre notre claquos ancestral, le calendos, né des limbes de la Révolution française au cœur du bocage normand ! L’INAO (Institut National de l’Origine et de la QUALITE…organisme à supprimer !) a mis le feu aux poudres suite à son annonce en février dernier d’un accord entre les acteurs de la filière pour la refonte du cahier des charges de l’AOP d’ici 2021. Fin l’usage du « lait cru » ! Car, si en effet le chauffage du lait permet d éliminer, en partie, les bactéries pathogènes, il détruit la flore aromatique et les ferments indigènes qui donnent au clacos sa saveur inimitable. Ce n’est plus du clacos fleuri à point mais une pâte molle sans saveur ! Cet ersatz fabriqué à la chaîne en Normandie ne mérite pas un bon canon de rouge ! Lactalis – le gourmand goulu loin d’être gourmet – a acquis la plupart des laiteries « historiques » comme Lanquetot, Lepetit, Jort, Moulin de Carel, Orbec, Graindorge… sont passées dans le giron du groupe BESNIER, leader en matière synthétique ! Elle est verte ma Normandie, avec ses pommiers en fleurs, ses bocages, ses prés, ses vaches…et son Camembert « fabriqué en Normandie » !

D’autres fromages « fermiers » sont déjà mis à mal dans certaines appellations : Livarot – Pont l’Evêque, Epoisses, Cantal, Fourme d’Ambert, Bleu d’Auverge…

Où est la supercherie de langage pour le clacos ?

Le vrai camembert de Normandie AOP est au lait cru, issu de vaches majoritairement de race normande (pardon pour l’usage d’un mot interdit !), moulé à la louche en cinq couches successives ! Cette production ne représente que 5.500 tonnes annuelles face à plus de 60.000 tonnes pour le clacos industriel ! Bientôt on écrira Camembert avec un K comme Kaput !

Le Camembert « fabriqué en Normandie » est issu de lait provenant de plusieurs régions et fabriqué avec des laits pasteurisés. Le process de fabrication est « libre » dès lors qu’il respecte la réglementation sur le fromage.

Avec l’accord de l’INAO, en 2021 (c’est presque demain !)

La mention « fabriqué en Normandie » ne sera plus autorisée.

Il y aura 2 versions de l’AOP (C’est bien français de rajouter des contraintes !) :

- La version courante : La pasteurisation est autorisée et 30 % du lait doit provenir de vaches normandes (celles qui ont des lunettes autour des yeux !) et de la région.

- La version « Haut de gamme » uniquement au lait cru, 2 vaches sur 3 sont des « normandes » et il sera possible d’y apposer « authentique » ou « véritable » devant « Camembert de NORMANDIE ».

J’ai pu déguster chez un ami un super clacos de Normandie : Le camembert du Champ secret produit par Patrick et Francine MERCIER au lieudit LA NOVERE – 61700 – CHAMPSECRET – site WEB (cliquer sur ce lien)

Vous pouvez le trouver au magasin « LE GRAND PANIER BIO 77 » - ZAE de la Haute Borne à MAREUIL les MEAUX !

Bon appétit ! Une bonne tranche de pain grillé au feu de bois, un morceau de clacos étalé et remis sur le grill quelques minutes, un bon canon de … pinard qui n’est pas de la vinasse !

Vous pouvez le faire également avec un bon BRIE ! un bon COULOMMIERS !

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article