Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le billet de J.M DELATTE

Comme un p’tit coquelicot…

29 Juin 2018 , Rédigé par Delatte JM Publié dans #Mon point de vue

Comme un p’tit coquelicot…

Un pas vient d’être franchi par une prise de conscience collective de la paysannerie ! Non, je n’entre pas dans le populisme en parlant de paysan car c’est le personnage qui cultive la terre tout comme le fait l’agriculteur d’aujourd’hui !

Mais, cette juxtaposition de nom entre « paysan » et « agriculteur du 21ème siècle » marque une « opposition » ! Le paysan d’hier cultivait sans se soucier outre mesure de la productivité et du rendement contrairement à l’agriculteur d’aujourd’hui devenu un technicien de la culture ! Les temps ont changé ! Les maladies céréalières d’antan ne se combattent plus avec les mêmes produits ! Les engrais et amendements n’ont plus rien de commun ! Les séquences ADN d’un gène se sont modifiées… De tout ceci, nos hypers techniciens de la terre avec la complicité de l’industrie de la chimie appliquée ont contribué (ils ne sont pas les seuls !) au drame qu’est la culture intensive et à son corollaire la recherche du meilleur rendement sans trop prendre en compte l’environnement.

Je ne suis nullement « écolo bobo » mais ma question est simple : comment concilier - ou réconcilier - productivité et biodiversité ?

Bizz, bizz, bizz… les abeilles ! Oui, l’un des moyens pour redonner aux abeilles l’envie de vivre c’est de créer des jachères apicoles, des bandes enherbées pour se nourrir. Certains de nos agriculteurs le font dorénavant. C’est un premier pas vers le respect de la nature.

Il est certain que je souhaiterai voir nos grands champs de blé, d’orge envahis de bleuets et coquelicots ! Quelle tristesse cette immense zone jaune sans aucun contraste ! Comment un « impressionniste » pourrait s’inspirer d’un MONET aujourd’hui ?

Oui, Mesdames et Messieurs de la filière technique terre agricole, allez davantage vers les "bonnes pratiques" agricoles en « sacrifiant » une petite partie de vos rendements (à moins qu’une compensation soit mise en œuvre pour vous éviter d’être pénaliser par des frais d’impuretés dans la livraison de vos récoltes) en créant plus de jachères apicoles, plus de bandes enherbées, plus de haies sauvages…

La terre c’est votre capital ! Ne le détruisez pas !

La terre c’est notre capital ! Préservons-le !

Œuvrons ensemble !   

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article