Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Delatte JM

Controverse !

L’interview consacrée à Madame ROUSSET, 3ème adjointe à la Mairie de LIZY, dans l’édition de « La Marne » du 30 mai, m’a incité à reprendre ma plume qui était sagement couchée à côté de l’encrier faute de matière à jeter sur le papier !

 

Je salue, au passage, le fait que les « chargé(e)s » de missions au sein du nouveau conseil puissent exprimer leur point de vue. Elle est la première à oser le faire et j’espère qu’elle ne sera pas la dernière ! Que chacun et chacune des adjoints le fasse ! C’est une nouvelle forme de communication qui prend acte !

 

La poursuite de cette réflexion – l’action figurait au programme du candidat – me rappelle l’une de nos premières rencontres avec le candidat et les quelques premier(e)s volontaires de la première heure où une divergence profonde apparue. Celle-ci fut l’une des raisons pour laquelle je n’ai pas participé à cette liste. Je ne pouvais pas m’inscrire avec déjà un désaccord latent ! Vendre du vent, ce n’est pas dans ma nature ! Agir par intérêt personnel, ce n'est pas ma tasse de thé ! Je crois m’être suffisamment exprimé lors de mes billets d’Avril dans la rubrique « Echos de campagne » pour dénoncer cette, vision de l’esprit – louable au demeurant mais inapplicable à mon sens - sans être unique - !

 

J’avais écrit le 14 février 2018 - mais non publié faute d’accès internet - un article sur le récurent problème du commerce en centre-ville et du marché hebdomadaire. Je vais donc l’inclure ici. Tout en étant « réchauffé », il est et sera encore d’actualité ! A moins que…

 

« Qui n’en a pas rêvé ?

 

Non, il ne s’agit nullement de fêter le chanceux du dernier tirage d’un loto mais de retrouver un centre-ville où commerces alimentaires et prestataires de service réanimeraient la rue mythique des années passées qu’était la rue Jean Jaurès !

 

Je me suis déjà longuement entretenu sur cette vision utopique lors d’un lourd sujet de discorde que fut le projet « revitalisation centre-bourg » !

 

Je suis fils et petit-fils, de familles de commerçants notoires : L’habillement et la confection du 33 rue Jean Jaurès, la première station-service Esso et agence Renault du 16 rue Jean Jaurès, la vente et la réparation d’électro-ménager de la place Harouard. Je pense être à même de pouvoir raconter – sans racontars, sans cancans – les heures fabuleuses de cette mythique rue. Stop ! Pas de retour en arrière ! le « come-back », c’est pour le cinoche !

 

Non, je ne crois pas que cette rue retrouve son attractivité d’antan.

Les desideratum et l’état d’esprit de la nouvelle population lizéenne ne sont plus ceux des générations précédentes ! Le commerce a muté !

 

Bien sûr que l’on pourrait rêver d’un boucher-charcutier, d’un marchand de primeurs, d’un poissonnier mais quel artisan accepterait d’investir et de s’investir dans une aventure qui le mènera droit au tribunal de Commerce pour un dépôt de bilan ? Quelle que soit sa compétence, elle ne s’exprimera que quelques mois !

Je connais la chose : « Tout nouveau, tout beau » … « Super qualité, accueil digne… » Mais tout ceci n’a qu’un temps car VOUS, comme MOI d’ailleurs, ne pourrons pas se permettre de devenir des « clients fidèles et réguliers » ! Pour survivre, pour couvrir son « point mort » (Dans le jargon économique, le point mort désigne l'instant à partir duquel une entreprise atteint son seuil de rentabilité. Il symbolise le moment où elle ne réalise ni gains ni pertes sur son activité) ces éventuels nouveaux commerçants auront besoin de VOUS en permanence et non épisodiquement !

 

Autre point à développer pour tenir un discours sérieux : Où sont les « pas de porte » disponibles pour ressusciter un commerce ? Très peu sont disponibles et le coût de la transformation, de l’agencement, de la mise aux normes sont tels qu’il faut avoir un volant de trésorerie confortable avant de se lancer !

Il n’y aura pas de questionnaire à créer pour demander l’avis des lizéennes et lizéens dans le cadre éventuel et aléatoire de venues de nouveaux commerces quand on sait que trois marques de la « grande distribution » implantées (ou à venir) se font et se feront la guerre pour les « prix les plus bas » (la qualité ? On n’en parlera pas !)

Oui, triste réalité et ne rêvons pas ! Ne vendons pas de l’illusion ! »

 

J'allais oublier  le cas du marché du vendredi car, si dans un premier temps - c'était inscrit dans le catalogue ! -  il avait été envisagé de le rendre "gratuit" pour essayer d'attirer d'autres commerçants ambulants, aujourd'hui cette mesure est abandonnée partiellement. Une idée ? Pourquoi maintenir ce jour du vendredi ? La plupart des ménagères sont à pied d'oeuvre ! Les femmes ont pris le goût de faire autre chose que la "bonne" ! C'est louable au plus haut point ! Le vendredi n'est pas un jour de RTT ! L'idée émise d'un "marché campagnard" mensuel pourrait sembler originale mais d'autres communes environnantes ont pris de l'avance ! Le retard pris ne pourra pas se rattraper ! 

 

Ne croyez pas que je suis un opposant pour le plaisir de m’opposer ! Je pense, seulement, avoir une plus grande expérience lizéenne que bien des personnes désignées par le suffrage universel ! Loin d'avoir la science infuse, j'ai acquis le bon sens !

 

Allez, Madame ROUSSET, essayez donc de faire les « quizz » que je proposais il y a quelques temps ! Tenez, pour vous donner un aperçu, le pas de porte qui abritait le « Comptoir Français », juste en face du « Familistère » et à côté de la boucherie « Hourdry » est en vente ! J’ose espérer que la Mairie jouera de son droit de préemption car c’est l’un des rares ex commerce à racheter avant qu’il ne soit transformé en habitation !

 

Un point m’interroge quand vous parlez du développement du commerce « chemin de la gare » ! Je connais l’Avenue de la Gare où deux communes cohabitent mais je n’arrive pas à situer le chemin de la gare ! Je crois à une erreur de nom de voirie ! Mais où voyez-vous des commerces à implanter avenue de la gare, côté pair uniquement ? Je donne ma langue au chat ! 

 

Surtout, ne prenez pas ombrage de mon intervention ! Je pense que dès notre première rencontre au café de la gare, vous m'avez "catalogué" !

 

Oui, j'ai cette image d'une grande gueule de par mes ami(e)s mais j'ai la franchise de dire ce que je pense sans atermoiement ! J'accepte, bien volontiers, la réplique ! Le droit de réponse est ouvert sur ce blog !  

 

Je ne suis ni sexiste, ni maso !

 

Je m’exprime tout simplement peut-être aussi au nom de celles et ceux qui n’ont pas la même vision des choses que vous. 

 

C'est la richesse de la démocratie participative !

 

J'espère que les autres adjoint(e)s auront le désir de s'exprimer sous cette forme.

 

Merci Madame ROUSSET pour cette première. 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article