Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

DELATTE Jean Michel

L'ouverture d'esprit favorise le dialogue... Ne joue pas les contempteurs de l'actualité... Apprécie l'écriture... Évite - si possible - les attaques personnelles... Très extraverti de nature ! Page FACEBOOK qui n'est pas un "relais" !

La « verticalité » ? C’est quoi ?

La « verticalité » ? C’est quoi ?

 

D’une approche non académique, la « verticalité » pourrait être ceci :

Attention, jeunes et moins jeunes « d’en avant toute », ne contrariez-pas le Président ! Le chef d’État-major de l’armée - que l’on voudrait solder – vient d’en faire les frais (démission poussée…) car on ne s’oppose pas aux choix (flexibles ou inflexibles) du Général en Chef des Armées, le Président : « Je dis ce que je fais et je fais ce que je dis » !

Pour quelqu’un qui pratique également « l’horizontalité », c’est-à-dire le fait de se mouvoir de droite à gauche ou de gauche à droite, il s’applique également la « verticalité », soit se mouvoir de haut en bas car le bas en haut ne fonctionne pas dans le schéma macronien. Il joue dans la catégorie de la transversalité !

Je ne sais pas si je vais l’appeler le « Jupitérien » comme la presse le fait mais « Auguste César Macronius » pour son attitude altière et conquérante tant à l’égard de ses troufions qu’à celles et ceux qui seraient tenter de croquer la pomme de la discorde ! Il s’est invité mardi soir dernier chez ses troupes pour leur montrer le chemin qu’il devait parcourir sans vergogne, sans rechigner, sans regimber ! « Ni caporalisme, ni ordre jupitérien », tel a été le trait d’humour et le mot d’ordre ! Il a bien senti le souffle du SS 20 qui lui passait au-dessus de sa tête après sa prise de gueule avec le Gégène qui l’aurait contrarié !

L’armée, celle qui nous défend sur notre propre terrain, celle qui se fait casser la gueule en territoire d’opération extérieure, doit-elle être l’éternelle variable d’ajustement du budget de la nation ? C’est le trouble obsessionnel des « économistes » ! Le général de Villiers, dans son langage fleuri mais direct, a ouvert sa gueule (pardon de cet usage) pour dénoncer l’hypocrisie de César Macronius qui confiait « que dès son arrivée il consacrerait 2% du PIB à l'effort de défense d'ici à 2025, conformément à ses engagements de campagne. » Oh ! Changement de programme ! Seuls les « imbéciles » ne changent pas d’avis ! Vos dépenses d’investissements prévus pour rénover vos matériels, vos armements attendront bien encore un peu ! De toute façon, je suis le chef des Armées et je commande ! Chut… Le chef a dit !

Cette dérive de l’usage de cette forme de verticalité ne marque ni un signe d’apaisement, ni de confiance. L’ordre (non discuté !) vient d’en haut et uniquement d’en haut ! Le Premier Ministre est aussi assujetti à cette règle. Un écart de langage de sa part lui vaut la reprise immédiate des propos tenus par la correction de César Macronius.

Je remarque qu’il en est de même dans l’opposition des « Républicains assis » ! La « verticalité » s’applique pour tous les nouveaux promus ! Même ceux qui n’y sont plus en font une règle d’or ! N’est-ce-pas !

Bon j’en reviens aux notions académiques de la verticalité et de l’horizontalité. La badinerie ne peut pas prendre le dessus pour des affaires sérieuses.

Dans l’approche purement politique, c’est cela :

La verticalité concerne les pouvoirs souvent hiérarchisés d’organismes institutionnels tels que les gouvernements, les partis politiques, les assemblées nationales ou parlements, les Grands Corps Constitués, les syndicats… et dans le privé, les organigrammes des sociétés, les très grandes comme les PME.

L’horizontalité concerne la base de ce triangle rectangle c’est à dire les citoyens organisés en associations ou sociétés diverses ou même solitaires, tous ceux qui en démocratie, deviennent électeurs ou votants, s’ils le veulent bien, qu’ils appartiennent à la gauche, à la droite, aux extrêmes ou au centre. Sous la Révolution dans l’assemblée législative (1791), on trouvait même la montagne, la plaine ou le marais. Encore une métaphore spatiale dans la salle du Manège à Paris.

Alors, les groupes d’individus ou les individus peuvent-ils appartenir à la fois à la verticalité et à l’horizontalité ? Bien sûr que oui : cela dépend du point de vue où l’observateur se place. Intervient alors une sorte de transversalité dans chacun des états. Le mouvement « Nuit Debout» ou les «Zèbres de la République» d’Alexandre Jardin en sont les exemples les plus récents avec une finalité non encore bien connue. Il en existe des centaines d’autres souvent hybrides d’ailleurs.

Ah, j’allais oublier. On rabote les budgets mais on octroie 2,1 milliards € à la Côte d’Ivoire devenue côte d’argent ! A lire absolument.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Delatte JM

Ni rebelle, ni godillot, je voudrais que ce blog soit celui de la liberté de la parole, dans le respect élémentaire de la civilité, de la tolérance et le lieu d'échange dans la confrontation d'idées.
Voir le profil de Delatte JM sur le portail Overblog

Commenter cet article