Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

DELATTE Jean Michel

L'ouverture d'esprit favorise le dialogue... Ne joue pas les contempteurs de l'actualité... Apprécie l'écriture... Évite - si possible - les attaques personnelles... Très extraverti de nature ! Page FACEBOOK qui n'est pas un "relais" ! Pour me suivre : ABONNEZ-VOUS ! C'est GRATOS !

Non ! Monsieur MARGUERITE…

Non ! Monsieur MARGUERITE…Non ! Monsieur MARGUERITE…

Vous n’avez pas le « monopole du cœur » ! Je reprends cette phrase historique de V.G.E prononcée le 10 mai 1974 à l’adresse de François MITTERRAND !

J’ai lu, avec un certain intérêt, votre coup de sang et votre sentiment de « honte » suite au désastre syrien, au massacre de son peuple par des loups sanguinaires. Je me suis donc autorisé à copier votre billet pour que le lecteur puisse le lire. Il est en bas de page !

Bien évidemment que j’ai honte mais ce sentiment n’appartient pas uniquement à l’homme de gauche que vous êtes et que je respecte ! Je crois qu’il eût été préférable de laisser cette étiquette dans sa boîte de Pandore ! L’actualité, ce sont les politiques qui la dictent aux médias ! Et après les « primaires de droite », voici celui des « primaires de gauche » et bientôt celui des cerises… Car c’est en MAI le temps des cerises ! Oui, chaque jour qui passe m’offre un nouveau spectacle !

La bataille d’ALEP ? Juste deux mots dans les journaux télévisés ! C’est loin la Syrie !

Oui, Monsieur MARGUERITE, je vous le conçois, la lâcheté, l’indifférence - des uns et des autres - ont été les dénominateurs communs du politique et du journaliste, surtout pour cette bataille féroce d’ALEP (seconde ville de Syrie !). L’ouest (région tenue par la dictature au pouvoir) et l’Est (région tenue initialement par les opposants) s’entre-tuent depuis 2012 ! Ce n’est qu’un vaste champ de ruines où les factions se font une guerre sans pitié ! Des tonnes de bombes se déversent sur les hôpitaux, les rares habitations encore debout pour vaincre les « terroristes ».

Et pendant ce drame, tous les dirigeants des pays dits démocrates font la sourde oreille ! C’est dramatique ! Que font-ils ? RIEN ! Quelques discours sur le bien ou le mal fondé de l’intervention russe ! Quelques sentences et rappels à l’ordre à ASSAD le sanguinaire, à POUTINE ! Et rien d’autres !

Oui, Monsieur MARGUERITE, je suis un citoyen qui a des « opinions politiques » et les assume mais je m’efforcerai toujours de ne pas les mettre en exergue ni à la gauche, ni à la droite d’un texte !

Oui, Monsieur MARGUERITE, j’ai honte du comportement des politiques de tout bord, des membres dirigeants des institutions européennes !

Mais vous n’avez pas le « monopole du cœur » !

 

Billet de Monsieur Bastien MARGUERITE – Conseiller municipal d’opposition.

« J'ai honte.

Depuis des jours, nous qui suivons l’actualité, entendons parler de la primaire de la gauche. Elle est un nécessaire exercice démocratique pour un parti qui a importé la pratique en France. Elle est partout dans les médias, dans les commentaires, dans les critiques. En tête des revues de presse, en premier sujet des journaux télévisés. En première préoccupation des réunions et assemblées politiques. Tous les commentaires, toutes les comparaisons, sont autorisés. Après tout, c’est là le but de l’exercice : comparer, puis choisir.

Je suis socialiste, je suis un homme de gauche. Comparer, puis choisir, et enfin faire campagne, devraient m’occuper à cet instant. Pourtant, je me sens ridicule. 
Je me sens d’autant plus ridicule dans ce contexte qu’à l’heure où je parle, mes préoccupations et mon indignation sont à des lieues de considérations de politique intérieure. A l’heure où j’écris ces lignes, des centaines de femmes, d’enfants, d’hommes, se font massacrer à Alep. Des civils sans défense aux mains de bouchers, russes ou syriens, qui depuis des mois, des jours, des heures, bombardent sans relâche des hôpitaux et des écoles, des positions militaires et des habitations. Nous avons, à quelques milliers de kilomètres de nous, des enfants qui meurent dans les vapeurs d’un gaz moutarde que nous, petits Français, nous pensions relégué aux pires heures des tranchées de la Somme.

J’ai honte.

J’ai honte. Car je sais que je devrai, inéluctablement, répondre un jour à cette question : que faisiez-vous pendant ce temps ? Alors que des civils étaient exécutés ? Alors que des convois humanitaires étaient bombardés ? Rien. Nous attendons des américains qui ne viendront plus et une Europe qui ne daigne lever les yeux que lorsque des enfants, morts, noyés, s’échouent sur nos plages. Puis l’Europe baisse à nouveau les yeux et demande à la Turquie, une dictature, de s’occuper de ces migrants moyennant monnaie. Nous avons acheté, sur fond de peur d’extrêmes que nous nous sommes refusé à combattre, une tranquillité au rabais en refusant de voir ce qui relève de notre responsabilité : la mort d’innocents aux portes de l’Europe.

J’ai honte.

J’ai honte de voir des responsables politiques dire que cela est « normal », car « c’est la guerre ». La guerre n’est pas normale, elle n’est pas acceptable. Elle n’est pas raisonnable. Elle n’est pas inéluctable.

J’ai honte et je répéterai autant que nécessaire que jamais mon vote n’ira, à droite comme à gauche, vers ceux qui proposent une solution « raisonnable » de discussion avec les russes ou le boucher de Damas. Ma raison, ma morale, mon éthique, me disent que mourraient avec ces innocents les principes qui fondent mon engagement d’homme de gauche.

Qui osera tirer sur un convoi français intervenant pour ouvrir ce convoi humanitaire ? Quelle serait la tâche dans l’honneur français à intervenir pour évacuer ces civils et ne pas les exposer à une folie vengeresse ? Qui, à l’ONU, saurait nous le reprocher alors que plus rien ne sortira d’un conseil de sécurité désormais bloqué par un axe américano russe ?

Personne.

Et pourtant nous n’agissons pas.

Et comme nous n’agissons pas, c’est très exactement ce qu’il restera bientôt à Alep : personne.

Ne restera que la honte. »

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Delatte JM

Ni rebelle, ni godillot, je voudrais que ce blog soit celui de la liberté de la parole, dans le respect élémentaire de la civilité, de la tolérance et le lieu d'échange dans la confrontation d'idées.
Voir le profil de Delatte JM sur le portail Overblog

Commenter cet article