Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

DELATTE Jean Michel

L'ouverture d'esprit favorise le dialogue... Ne joue pas les contempteurs de l'actualité... Apprécie l'écriture... Évite - si possible - les attaques personnelles... Très extraverti de nature ! Page FACEBOOK qui n'est pas un "relais" !

Cet été, où irez-vous?

Cet été, où irez-vous?

~~Il est certainement un peu tôt pour parler des vacances – du moins pour celles et ceux qui pourront partir - mais donnons-nous un peu de bonheur en rêvant.

Je suis un « passionné » de l’Europe du Sud et plus particulièrement de la Crète. Pendant presque trente ans, j’ai pu apprendre à vivre en parfaite harmonie avec les Grecs ! Comme l’araignée, on tisse sa toile !

Les premières années – et ceci remonte en 1981 ! – furent celles des apprentissages : l’écriture, la langue, la cuisine, les gens, la culture, l’art. Heureusement que mon épouse est davantage réceptive à l’écriture et à la langue car, sans elle, l’épopée crétoise se serait vite transformée en cauchemar ! Tout le monde n’a pas le don des langues !

Si l’aventure crétoise peut vous intéresser, je vais m’efforcer – sans grande difficulté d’ailleurs – de vous transmettre cette passion qui m’anime et qui me ferait ressembler plus à un citoyen crétois que français.

Cette île est la cinquième de la Méditerranée. Elle regorge de mille richesses pour un des pays si décrié par la classe de l’orthodoxie financière européenne. Non, ils ne sont pas plus « fainéants » que d’autres. Non, ils ne sont pas plus « fraudeurs » que d’autres. La « corruption latente » existait déjà en 1981 sous l’ère d’Andréas PAPANDREOU. Qui avait « menti » à l’Europe ? Les gouvernements successifs ou le peuple ? Bon, je ferme la polémique !

Il y a deux moyens pour découvrir la Crète : Le « voyage assisté » plus communément appelé voyage organisé ou la découverte par ses propres moyens. Personnellement, je n’ai jamais été un « fan » des voyages assistés - sauf la première année - où nous options pour la formule « demi pension ». Et grand « coup de chance », le voyagiste de l’époque nous avait réservé un hôtel près de la capitale HERAKLION, à une quinzaine de kilomètres de l’aéroport : Le THEMIS BEACH ! L’hôtel est l’œuvre d’un précurseur qui avait « senti » que le développement touristique de la Crète pouvait être une aubaine. Il s’appelait Dimitri PAPADAKI. Aujourd’hui, ce sont ses enfants qui exploitent cet établissement.

L’endroit choisi était UNIQUE en son temps : Construction moderne, avec vue immédiate sur une plage de sable fin, dans une campagne où tamaris, garrigues, vignes plus ou moins abandonnées côtoyaient l’abord immédiat. Une vaste terrasse près d’une piscine d’eau de mer abritait une petite taverne où il était loisible de déguster la cuisine crétoise sans tralala. Les « stifados » de Dimitri étaient merveilleux ! Une fois par semaine, un vaste buffet était servi près de la piscine. Des danses folkloriques animaient le festin ! Un petit paradis sur terre !

Les années passent vite, trop vite. La Crète est tombée dans la folie de la construction d’hôtels à tout va ! La spéculation foncière activée par les gouvernements successifs a fait rage. Combien de petits propriétaires se sont sentis promus hôteliers et restaurateurs ? La course effrénée vers la ruine était organisée ! Les tamaris de bord de mer, les garrigues ont été dévastés et investis par des constructions de grands ensembles qui ont misé sur le « tourisme de masse » ! Du béton, toujours du béton !

Erreur de stratégie profonde des gouvernants successifs : Les coefficients de remplissage frôlent la limite du seuil de rentabilité. Les boutiques, tavernes, en tout genre ont poussées comme des champignons ! La concurrence est devenue vive et impitoyable. C’est le revers de la médaille ! Le THEMIS BEACH a, malgré tout, cherché à préserver son identité originelle même s’il a du se plier aux contraintes imposées des « tours opérateurs » : L’accueil, la personnalisation du service, la modernité des équipements mais – hélas – la petite taverne du bord de plage s’est transformée en « cafétéria » ! Le « tourisme de masse » a ses exigences et pour vivre, il faut savoir les accepter et si contraindre !

J’ai toujours aimé cet hôtel pour sa situation centrale et surtout pour les liens affectifs que nous y avons développés et partageons toujours aujourd’hui. Bien sûr que vous aurez « échos » des grognards en tout genre portant sur la restauration, le bruit des avions qui survolent à basse altitude la plage ! L’aéroport est à vol d’oiseau à moins de 10 kilomètres. La trajectoire des avions n’est pas modifiable ! En pleine période estivale, les compagnies « low cost » déversent une horde de passagers ! Peut-être en faisiez-vous partie ? C’est la conséquence du tourisme de masse ! J’ai connu ces affres car pendant près de 15 ans, je prenais mes vacances – culturelles et reposantes – entre juillet et août ! Puis, j’ai opté pour les mois de septembre ou début octobre pour conjurer « l’afflux touristique », et surtout la transhumance estivale !

Si vous vous décidez à voyager par vos propres moyens en acceptant le gîte et le petit déjeuner ou la demi pension, sachez que vous trouverez à KOKKINI HANI tous les services possibles : distributeurs de monnaie (dans les grandes surfaces), pharmacie, loueurs de voitures et quelques tavernes typiques (je ne ferai aucune publicité pour ces deux dernières rubriques !) Si vous voulez des adresses, vous pouvez toujours me contacter !

Juste à la sortie de l’hôtel (avec parking privatif et fermé), vous pourrez utiliser les transports en commun pour vous rendre à Héraklion - ils sont nombreux - et visiter ses monuments. Le Palais de KNOSSOS n’est qu’à quelques encablures ! Le bus vous y conduira ! La fin d’après midi est idéale.

Et puis, si l’envie d’aventures vous anime, louez donc un « petit 4 * 4 » et muni d’une bonne carte, aventurez-vous, par exemple, vers le sud de la Crète. Le périple KALILIMENES, LENTAS, TSOUSOUROS vaut le déplacement. Pas besoin d’être un expert du safari, une conduite prudente vous mènera à bon port. Vous y découvrirez la côte encore sauvage préservée du béton ! Bien d’autres parcours pourraient vous être signalés comme la visite de GORTYNE, de MATALA, de PHAISTOS, d’AGIA TRIADA, de SPILI, du plateau du LASSITHI, des Gorges de SAMARIA, sans parler d’AGIOS NIKOLAOS, de RETHYMNON, de HANIA ! Il y en a pour tous les goûts !

Oui, je suis un amoureux de la Crète ! A cet effet, je sortirais dans quelques mois un livre (pas un guide… Il en existe tellement) dont le titre sera « 30 ans de Crète, un sacré régime ».

Si vous souhaitez que je vous apporte quelques précisions, n’hésitez pas à me contacter. C’est entièrement gratuit.

Cet été, où irez-vous?Cet été, où irez-vous?
Cet été, où irez-vous?
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

Delatte JM

Ni rebelle, ni godillot, je voudrais que ce blog soit celui de la liberté de la parole, dans le respect élémentaire de la civilité, de la tolérance et le lieu d'échange dans la confrontation d'idées.
Voir le profil de Delatte JM sur le portail Overblog

Commenter cet article